Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France 2 et les identitaires ou l’invention de la fiction fake news

24 septembre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | France 2 et les identitaires ou l’invention de la fiction fake news

France 2 et les identitaires ou l’invention de la fiction fake news

La série télévisée Alex Hugo réalisée par Olivier Langlois et diffusée par France 2 le mercredi 11 septembre 2019 est à ce point propagandiste en faveur de l’immigration que nombre de téléspectateurs s’en sont étonnés. Les médias officiels, pas du tout. De quoi s’agissait-il ?

Ce 11 sep­tem­bre 2019, France 2 dif­fu­sait l’épisode 3 de la sai­son 5 de la série poli­cière Alex Hugo. Un épisode inti­t­ulé « L’étrangère ». Loin d’être une sim­ple fic­tion, cet épisode est un out­il de pro­pa­gande pro-immi­gra­tionniste de masse et c’est ain­si que les his­to­riens du futur l’analyseront, peut-être même dans les salles de classe.

L’épisode a été tourné dans « la val­lée de la Clarée », dans les Hautes-Alpes, à côté de la fron­tière ital­i­enne. La fic­tion s’inspire (c’est le moins que l’on puisse dire) de l’opération menée par Généra­tion Iden­ti­taire dans la même région, à prox­im­ité de Bri­ançon et de Gap, opéra­tion menée en 2018 et pour laque­lle plusieurs mil­i­tants de GI ont été con­damnés. Ils empêchaient des délin­quants (pass­er une fron­tière illé­gale­ment est un délit) aidés par des com­plices de franchir les fron­tières français­es. Ils ont été con­damnés à de la prison ferme pour avoir « exer­cé des activ­ités dans des con­di­tions de nature à créer dans l’esprit du pub­lic une con­fu­sion avec l’exercice d’une fonc­tion publique », mais aus­si à 2000 euros d’amende, une pri­va­tion des droits civils, civiques et famil­i­aux pen­dant cinq ans. Un juge­ment ubuesque pour une opéra­tion où il n’y a eu aucune vio­lence et qui tenait avant tout du sym­bole.

Defend Europe/Task Europe

C’est de Defend Europe, rebap­tisée « Task Europe », que s’inspire l’épisode. Sauf que…

Com­mencée en 2014, la série met en scène un ancien flic impor­tant de Mar­seille, Alex Hugo incar­né par Samuel Le Bihan, instal­lé à Lusagne, ville de fic­tion dans une val­lée de fic­tion du même nom. Il dirige la police locale. Dans l’épisode trois de la cinquième sai­son, l’enquête porte sur un traf­ic de médica­ments sur fond de migra­tions à tra­vers les Alpes : un bébé noir a été déposé devant la porte de la police, la mère s’étant vue tir­er dessus. Ni une ni deux, Alex Hugo part à la recherche des méchants. Qui sont-ils ? Mais… des iden­ti­taires, par­bleu ! Une noire, un bébé noir, des méchants iden­ti­taires. C’est France 2. Présen­ta­tion offi­cielle :

« Ange­lo et Tony trou­vent devant le poste de police un bébé aban­don­né, bébé dont la mère sem­ble être une migrante qui a dis­paru. Alex enquête sur cette dis­pari­tion mal­gré l’hos­til­ité vis à vis des migrants de cer­tains habi­tants du vil­lage et l’an­tag­o­nisme de ces derniers avec les bénév­oles qui ratis­sent les mon­tagnes pour assis­ter les migrants qui ont franchi la fron­tière ».

L’épisode est clairement propagandiste sur plusieurs points :

  • Les migrants : c’est le camp des gen­tils. Ils affron­tent des méchants. Les gen­tils sont des gens sym­pas, les méchants ont de sales gueules. Dans les méchants, il y a un chas­seur. Il est plein de haine, favor­able aux « acci­dents de chas­se » anti migrants. Cha­cun sait que ce genre de choses est fréquent en France… Ils sont encore pire les méchants : comme l’on meurt de façon anor­male à cause du traf­ic de médica­ments, les méchants accusent (évidem­ment) des virus apportés par les migrants. La France dite « moisie » autre­fois par ce vieux Sollers et détestée par BHL se cloi­sonne et rejette l’autre, ce sym­bole du tout autre qu’est le migrant… Aucun migrant ni ami de migrant n’est présen­té de façon néga­tive. Il n’y a par exem­ple pas de migrant voleur, vio­leur, délin­quant ou sim­ple­ment désagréable etc… Les jeunes femmes de Cologne apprécieront la ver­sion alle­mande de la série.
  • Le « must » : il y a une mil­ice dans les alpes ! C’est « Task Europe », autrement dit Defend Europe, vous suiv­ez ? Ils veu­lent blo­quer un col et empêch­er les migrants venant d’Italie d’entrer en France. Eux, ce sont les très méchants. Les acteurs por­tent des blousons bleus (comme les mil­i­tants de Généra­tion Iden­ti­taire) et le logo de Task Europe est claire­ment dérivé de celui de Defend Europe. Le polici­er étant aus­si un gen­til va faire échouer les méchants « mili­ciens », mil­i­tants iden­ti­taires dont le dis­cours serait de ne pas hésiter à « impro­vis­er » (avec une arme évidem­ment) si un migrant refuse d’être rac­com­pa­g­né à la fron­tière… Les iden­ti­taires, dans l’épisode, ont des armes, l’un d’en­tre eux est deal­er et son père assas­sine une africaine…

Mise en scène

* Le mil­i­tan­tisme pro migrants et anti iden­ti­taire est même mis en avant par la ville de Bri­ançon sur son site, à l’occasion de la dif­fu­sion de l’épisode dans une salle de ciné­ma de la ville. Extrait de la présen­ta­tion sur le site de la ville (impor­tant de bien not­er ce point) :

« Un film mil­i­tant

Au sor­tir des pro­jec­tions, les spec­ta­teurs livraient leurs pre­mières impres­sions, salu­ant l’aspect mil­i­tant du film :

« Ca par­le du pas­sage des réfugiés à la fron­tière et des citoyens maraudeurs qui leur por­tent sec­ours tout en dénonçant Généra­tions Iden­ti­taires. Du coup, cette fic­tion a presque une valeur doc­u­men­taire. Bra­vo à la pro­duc­tion pour son engage­ment ! » Sophie (chère Sophie, point tant de « s » « s », ce sont des fautes).

«  J’ai adoré les pris­es de vue aéri­ennes. Quelle belle mise en valeur de notre région et de ses citoyens sol­idaires ! J’ai beau­coup aimé les pro­pos du per­son­nage qui dit qu’il aime telle­ment la mon­tagne qu’il ne peut pas sup­port­er d’y voir mourir des exilés. » Maxime

« Non seule­ment les images sont sub­limes mais le film bat en brèche les idées reçues sur les migrants. Il délivre un beau mes­sage d’humanité et d’espoir » Françoise

Généra­tion Iden­ti­taire a mené en 2018 une opéra­tion de quelques heures, blo­quant sym­bol­ique­ment la fron­tière avec une cen­taine de mil­i­tants (c’est moins que les derniers blocages de facs par des mil­i­tants gauchistes pour… pourquoi déjà ? Et avec quelles sanc­tions ?), dont cer­tains con­damnés pour une cause ubuesque. France 2 trans­forme cela en une action vio­lente de « mili­ciens » armés, dont l’un au moins a une vraie tête de nazi, prêts à tuer « du » migrant.

Inter­roger l’immigration ? Se pos­er des ques­tions ? France 2 n’en voit pas l’intérêt. Les migra­tions, c’est une chance pour la France (le bébé, tout un sym­bole). Ah… un coup d’oeil sur une presse moins aux ordres ren­seign­erait la direc­tion de France 2 et les auteurs de la série… il y a par exem­ple, d’après le rap­port analysé dans l’article vers lequel ce lien con­duit, 11 mil­lions de per­son­nes nées à l’étranger béné­fi­ciant de presta­tions sociales en France. C’est peut-être cela que les Indigénistes appel­lent « France post-colo­niale » ? Un pays qui con­tin­ue de sub­venir aux besoins de mil­lions de per­son­nes fraîche­ment arrivées, clan­des­tins inclus.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.