Accueil | Actualités | Médias | Quand Le Point copie/colle un article du quotidien suisse Le Temps
Pub­lié le 6 mars 2016 | Éti­quettes : , , ,

Quand Le Point copie/colle un article du quotidien suisse Le Temps

À l'heure de la course à l'information, et malgré l'abondance de dépêches AFP livrées « clé en main », certains ne se donnent même plus la peine d'écrire leurs articles et de citer leurs confrères.

Mercredi 2 mars 2016, Le Point indiquait, sur son site internet, que le canton suisse de Genève avait porté plainte contre la centrale nucléaire de Bugey pour « mise en danger d'autrui et pollution des eaux ». Au-dessous du chapeau, il était mentionné « avec AFP », comme les journaux ont l'habitude de préciser lorsqu'ils se sont contentés de modifier quelque peu une dépêche.

Sauf que cet article n'était pas uniquement tiré d'une information de l'AFP. En effet, deux paragraphes entiers, bruts de décoffrage, ont été sauvagement copiés/collés à partir d'une brève du journal Suisse Le Temps, qui n'est d'ailleurs pas cité. Un plagiat en toute tranquillité remarqué par Jean Abbiateci, rédacteur en chef adjoint au numérique du quotidien suisse.

Une demi-heure plus tard, Le Point a répondu en indiquant que Le Temps était « désormais cité dans l'article »... même si le texte demeurait inchangé et aucun guillemet ajouté.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This