Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand la presse française et américaine inventent une déclaration de Trump

25 février 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Quand la presse française et américaine inventent une déclaration de Trump

Quand la presse française et américaine inventent une déclaration de Trump

Bien connue pour son suivisme vis-à-vis des médias américains, la presse française a à nouveau sauté sur une occasion d’égratigner Donald Trump… au risque de se ridiculiser.

Lun­di 19 févri­er, Le Monde et Libéra­tion (entre autres) pub­li­aient deux arti­cles au titre racoleur, esti­mant que Don­ald Trump avait « inven­té un atten­tat en Suède ». Car out­re-Atlan­tique, la polémique fait rage. Lors d’un rassem­ble­ment en Floride dimanche, le prési­dent améri­cain a vu ses pro­pos défor­més par les grands médias (qui lui sont majori­taire­ment hostiles).

Ces derniers ont en effet prêté au Prési­dent des pro­pos, qu’il n’a pas tenu en ces ter­mes exacts, l’ac­cu­sant d’avoir inven­té un atten­tat sur­venu la veille du meet­ing, en Suède. L’af­faire, large­ment relayée, a créé toute une polémique allant jusqu’à faire réa­gir les autorités sué­dois­es. Voici ce que Trump déclarait ce jour-là : « You look at what’s hap­pen­ing last night in Swe­den,» Mr Trump said. «Swe­den. Who would believe this? Swe­den. They took in large num­bers. They’re hav­ing prob­lems like they nev­er thought pos­si­ble. » À aucun moment il n’est ques­tion d’at­ten­tats, mais sim­ple­ment de « problèmes ».

D’ailleurs, Le Monde et Libéra­tion ont eux-mêmes traduit par : « Regardez ce qui se passe en Alle­magne, regardez ce qui s’est passé hier soir en Suède. La Suède, qui l’aurait cru ? La Suède. Ils ont accueil­li beau­coup de réfugiés, et main­tenant ils ont des prob­lèmes comme ils ne l’auraient jamais pen­sé. » Là aus­si, pas de traces d’un quel­conque atten­tat. Et pour­tant… « Quand Don­ald Trump invente un atten­tat en Suède », titre Libéra­tion, qui pré­cise plus bas que le prési­dent « a lais­sé la Suède per­plexe, voire gogue­narde, lors d’un dis­cours pronon­cé same­di où il devi­sait sur la crise des réfugiés et l’insécurité dans le monde, et a évo­qué un atten­tat com­mis dans le pays scan­di­nave — qui n’a en fait jamais eu lieu ».

De son côté, Le Monde titrait : « Don­ald Trump invente un acte ter­ror­iste en Suède. » Plus bas, le quo­ti­di­en du soir ajoutait : « Pour étay­er son pro­pos, Don­ald Trump a même voulu en fournir la preuve séance ten­ante : la Suède, pays par­ti­c­ulière­ment accueil­lant, vient de subir un atten­tat, dit-il. » C’est en tout cas la ver­sion qui était disponible en ligne lun­di en début de mat­inée. Mais à 11h26, la phrase avait été mod­i­fiée en : « Pour étay­er son pro­pos, Don­ald Trump a même voulu en fournir la preuve séance ten­ante : il a sous-enten­du que la Suède, pays par­ti­c­ulière­ment accueil­lant, venait de subir un atten­tat. » Le Monde a‑t-il l’om­bre d’un doute ? Le titre n’a pas été mod­i­fié pour autant.

Durant la cam­pagne élec­torale, une large majorité des médias améri­cains a tout fait pour dén­i­gr­er, dia­bolis­er et frein­er le can­di­dat répub­li­cain afin d’empêcher son élec­tion et faire tri­om­pher Hillary Clin­ton. Quelle ne fut pas leur sur­prise le soir de l’élec­tion du dia­ble en per­son­ne… Désor­mais, ces mêmes médias sem­blent con­cen­trés sur une autre mis­sion : pour­rir au max­i­mum l’ad­min­is­tra­tion et l’ac­tion de leur Prési­dent, ce qui est tout de même assez incroyable.

En France, c’est encore pire, l’hos­til­ité ne se jus­ti­fi­ant que de très loin. Pen­dant la cam­pagne, nos médias se sont mon­trés d’une extrême par­tial­ité pour une élec­tion pour­tant étrangère. Cette fois, ils se sont con­tentés de surfer sur la polémique en suiv­ant aveuglé­ment leurs con­frères améri­cains, mon­trant que la claque de novem­bre dernier ne leur avait pas servi de leçon. Bien peu déon­tologique, surtout pour un médias, Le Monde, qui s’est depuis peu érigé en autorité morale du jour­nal­isme, auto-proclamé chas­seur de « fake news » avec son tris­te­ment célèbre Décodex…

Voir aussi notre dossier : Decodex : Le Monde financé par Google, l’effet boomerang

Crédit pho­to : Gage Skid­more via Wiki­me­dia (cc)

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.