Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Quand Elon Musk taquine le complexe médiatico-répressif. Seconde partie

13 janvier 2023

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Quand Elon Musk taquine le complexe médiatico-répressif. Seconde partie

Quand Elon Musk taquine le complexe médiatico-répressif. Seconde partie

13 janvier 2023

Temps de lecture : 4 minutes

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €, un don de 100 € revient à 34 €.

Depuis que Elon Musk a repris Twitter pour 44 milliards de dollars, la tempête s’est abattue sur lui comme sur le réseau social. Licenciements massifs, avertissements financiers, allers retours sur des décisions annulées ou reportées, instauration d’un compte certifié payant, censure transitoire de certains journalistes, ouverture à Trump et à d’autres, attaques en tout genre. Notre correspondant pour le continent nord-américain prend un peu de hauteur avec une analyse politique du phénomène en deux parties, dont voici la deuxième sur les réactions des médias à un processus qui les dépasse.

Comprendre les 4 réactions-type des médias

  • Mépris : les médias n’ont que pas ou peu par­lé des révéla­tions, les qual­i­fi­ant d’insinuations, de men­songe. Ils ont préféré faire par­ler les autres, à savoir le FBI (ici). Ils ont ten­té de présen­ter la crise comme un cirque, et Musk comme inco­hérent, pour ne pas dire drogué, ses affaires allant très mal. Autrement dit, c’est la thèse du pétard mouil­lé.
  • Faux par­al­lèle : admis­sion que les prob­lèmes exis­tent , mais ceux-ci sont présen­tés hors de toute pro­por­tion, et de toute façon il n’y a rien d’illégal… con­traire­ment à ce qu’a fait Trump. Sans oubli­er le fait que Musk lui aus­si a des procès qui le guet­tent, certes moins graves.
  • Faux com­pli­ment : tout ceci n’est que tech­ni­cal­ité. Bien sûr qu’il fal­lait laver ce linge sale en pub­lic, mais pas devant n’importe qui. Car le fas­cisme veille.
  • Dia­boli­sa­tion. Musk lui-même est un fas­ciste et un raciste. Poten­tielle­ment un dan­ger pour la sécu­rité nationale. Pou­tine est au coin du bois. Le FBI, c’est aus­si noble que les oies du Capitole.

Réorganiser sa niche écologique

Dans cette veine, nous avions déjà rap­porté ici les préoc­cu­pa­tions de nature civil­i­sa­tion­nelle exprimées par Elon Musk au moment de l’acquisition de Twit­ter. Aujourd’hui, l’entrepreneur de génie tend une immense perche aux réformistes lib­er­taires de toutes origines.

Que vont faire les Répub­li­cains? Plus par­ti­c­ulière­ment ceux de la Cham­bre dont une par­tie se révolte con­tre l’establishment du parti?

Vont-ils sys­té­ma­tique­ment exploiter les dix scan­dales du moment, non pas pour régler seule­ment des comptes mais pour trans­former le sys­tème, autrement dit drain­er le marécage? Vont-ils se con­tenter d’une micro-stratégie for­mal­iste, ou bien procèderont-ils, comme le ferait à leur place l’establishment démoc­rate, à une réor­gan­i­sa­tion fon­da­men­tale de la niche écologique washingtonienne?

Voici les chantiers poli­tiques et lég­is­lat­ifs dont on par­le, brûlants, ayant un impact sur le monde médiatico-répressif :

  • Par suite de sa col­lu­sion par­ti­sane, en par­ti­c­uli­er de son ingérence dans l’élection de 2020, réforme struc­turelle du FBI ;
  • Pour les mêmes raisons, réforme des médias soci­aux et de leur statut juridique ;
  • De façon con­nexe, répres­sion des ten­ta­tives de change­ment de régime sur le sol américain ;
  • Réforme des bureau­craties sanitaires ;
  • Réforme du lob­by­ing et du finance­ment électoral ;
  • Réforme du pan­tou­flage des élus et hauts fonctionnaires ;
  • Réac­ti­va­tion du Spy­gate, autrement dit de l’enquête judi­ci­aire pour l’instant en som­meil sur la ten­ta­tive de change­ment de régime exer­cée con­tre Trump ;
  • Com­mu­ni­ca­tion publique de la total­ité des infor­ma­tions recueil­lies par la pré­ten­du­ment par­ti­sane com­mis­sion du 6 jan­vi­er sur « l’insurrection » du Capitole.

Ces chantiers de l’impossible, qui pour la plu­part doivent beau­coup aux révéla­tions Musk, impliquent une réor­gan­i­sa­tion des struc­tures ou des sys­tèmes de fonc­tion­nement des médias, des bureau­craties, des sys­tèmes politi­ciens, des grandes entre­pris­es et de leurs pra­tiques, des organ­i­sa­tions dites car­i­ta­tives et des lob­bies. La tâche est énorme.

Autant dire que ce n’est pas de l’intérieur, avec quelques députés trump­istes entrés en rébel­lion con­tre les caciques des deux par­tis, et ne dis­posant pas de Think Tanks qui puisse les soutenir dans la pré­pa­ra­tion des textes lég­is­lat­ifs, que le régime améri­cain va se mod­erniser. Et ce n’est pas non plus avec Don­ald Trump, trop vieux pour l’immensité de la tâche. C’est ain­si que pour­rait être com­pris le tra­vail de sape du stratège Elon Musk, sur­doué qui s’est déclaré enclin à soutenir à la prochaine prési­den­tielle le gou­verneur de Floride Ron de San­tis, autre sur­doué. On pour­rait y voir en effet un moyen pour lui de sus­citer un envi­ron­nement d’affaires prop­ice à la réal­i­sa­tion des rêves de son conglomérat.

Donner l’exemple et renouveler les équipes politiques

Il est utile de not­er que Musk donne déjà l’exemple aux indus­triels de la Sil­i­con Val­ley qui n’osent pas remet­tre de l’ordre dans leurs équipes d’enfants gâtés habitués d’un envi­ron­nement où l’argent coule à flot. Chez Twit­ter, entre­prise en roue libre, il a promis aux investis­seurs de faire ren­tr­er les équipes dans l’économie réelle. Celle des gains de pro­duc­tiv­ité. Il le fera et l’a fait ailleurs. Ses anciens employés décrivent bien sa méth­ode par exem­ple ici et ici. Quelque soit son investisse­ment, selon eux, son obses­sion se résume en un objec­tif : met­tre la main, quitte à la trans­former, sur une tech­nolo­gie dis­rup­tive capa­ble d’assurer un monopole.

Comme l’écrivait le jour­nal cana­di­en la Presse, en décem­bre 2022, « avec Space X, l’humanité devient mul­ti­plané­taire, mais l’enjeu tech­nologique con­siste à domin­er le marché des télé­com­mu­ni­ca­tions par satel­lite. Avec Tes­la, il s’agit de met­tre à l’échelle une mobil­ité décar­bonée, mais l’objectif demeure de capter durable­ment la rente infinie du trans­port autonome. Avec Neu­ralink, l’humain doit rester supérieur à l’intelligence arti­fi­cielle qui maitris­erait l’intelligence générale, mais ses puces ont pour voca­tion d’être la tech­nolo­gie sub­mer­sive absolue dans l’univers du métavers. Avec Twit­ter, l’intention affichée est la sacral­i­sa­tion de la lib­erté d’expression [] faire de Twit­ter le gar­di­en de la lib­erté d’expression, porté par une plate­forme tech­nologique au ser­vice des annon­ceurs, est la mesure de l’ambition muski­enne de dom­i­na­tion. Cela néces­sit­era de sur­mon­ter plusieurs défis tech­nologiques, tout en dépas­sant le con­flit à venir avec Apple »

Ceci explique sans doute le fait que Musk s’intéresse à d’autres plate­formes comme Sub­stack, qui sem­ble présen­ter de bonnes com­plé­men­tar­ités avec Twitter.

En brisant le train-train des médias, en libérant la classe poli­tique des lob­bies actuels, en dés­in­fec­tant et refo­cal­isant la caste bureau­cra­tique, Musk tente sans doute de se plac­er en mono­pole biotech­nétron­ique de la qua­trième révo­lu­tion indus­trielle. D’où peut-être sa rela­tion ten­due, pour ne pas dire sa rival­ité, avec Davos.

Pour con­clure, dis­ons que l’achat de Twit­ter par Musk nous apprend qu’il est pos­si­ble, avec quar­ante mil­liards de dol­lars, de lancer une insur­rec­tion révo­lu­tion­naire aux États-Unis. Une vraie, pas la mas­ca­rade hol­ly­woo­do-pelosi­enne du Capi­tole. Non, une révo­lu­tion pro­fonde, util­isant au cen­tu­ple les méth­odes agit-prop de l’establishment améri­cain. Un activisme de sur­doués. Le monde mod­erne con­nait deux Asperg­er célèbres : Elon Musk et Gre­ta Thun­berg. Gre­ta fait rêver les jeunes. Elon les remet au travail.

Alors, les État­suniens sont-ils prêts à con­naitre l’émergence d’un tiers par­ti poli­tique améri­cain incar­nant le « futur tech­nologique » qui déplac­erait les deux autres? Qui rendrait l’Amérique « Great Again »? Qui rentabilis­erait la con­quête de l’espace? Afin par exem­ple de for­er la lune pour en extraire les min­erais gorgés d’hélium 3? Une chose est cer­taine, si les améri­cains ne com­pren­nent pas que faute d’un saut qual­i­tatif brusque à la fois tech­nologique, psy­chique, moral et organique, leur empire implosera pour avoir oublié qu’il s’est déjà fait encer­cler par les adeptes de Sun Tsu. Y com­pris sur la lune. Il ne lui restera plus que la guerre pour survivre.

Mots-clefs : ,

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés