Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Procès Assange : jours 13 à 17

23 octobre 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Procès Assange : jours 13 à 17

Procès Assange : jours 13 à 17

Grâce à Consortium News chacun peut suivre (en anglais) les audiences du procès Assange. Nous avons publié un résumé des six premières audiences que vous trouverez ici et un autre pour les six audiences suivantes. Avec un décalage, la suite ci-dessous avec les résumés des audiences 13 à 17.

Jour 13. Un témoin de l’accusation et deux pour la défense

Le psy­chi­a­tre anglais Nigel Black­wood témoigne pour l’accusation. Il estime que l’état d’Assange ne per­met pas de con­clure à un risque de sui­cide. L’avocat de la défense souligne que le rap­port de Black­wood est incom­plet et que les risques de sui­cide seraient aug­men­tés en cas d’incarcération en isole­ment aux États-Unis, 50% des cas de sui­cide se situ­ant dans des con­di­tions d’isolement. Black­wood main­tient son juge­ment se bas­ant sur les dires de l’assistant du pro­cureur améri­cain Kromberg qui assure qu’il n’y a pas de cel­lules d’isolement à la prison de Vir­ginie où Assange serait incarcéré.

Le Dr Son­dra Cros­by spé­cial­iste améri­caine de médecine interne témoigne pour la défense. Elle a ren­du vis­ite cinq fois à Assange entre 2017 et 2020, con­statant une détéri­o­ra­tion de son état. Enfin John Young, opéra­teur de Cryptome.org, déclare qu’il avait pub­lié les câbles diplo­ma­tiques non expurgés un jour avant la pub­li­ca­tion par Wik­iLeaks. Il con­state que ces fichiers sont tou­jours acces­si­bles sur son site et qu’aucune autorité ne lui a demandé de les retirer.

Jour 14. Quatre semaines à la défense pour préparer son plaidoyer

La défense a demandé un mois pour pré­par­er sa plaidoirie finale et de toutes façons après l’élection prési­den­tielle améri­caine du 4 novem­bre. La juge Baraitser fixe la date du 16 novem­bre pour les plaidoiries finales. Elle a déclaré que le juge­ment ne serait pas ren­du avant le début de 2021.

Faute de temps la juge refuse d’entendre deux témoins con­tre­dis­ant les pro­pos de l’adjoint du pro­cureur Kromberg sur les con­di­tions de déten­tion dans la prison spé­ciale ADX Flo­rence du Colorado.

L’informaticien Patrick Eller s’oppose au pro­cureur Lewis sur une ques­tion tech­nique com­plexe : Chelsea Man­ning avait il besoin d’un mot de passe pour accéder à des doc­u­ments classifiés.

Jour 15. Discussions sur les prisons de haute sécurité américaines

L’audience tourne du cen­tre de déten­tion d’Alexandria, bloc X (ADX) où les pris­on­niers sont détenus en isole­ment 22 heures par jour et sans pos­si­bil­ité de par­ler à d’autres détenus. L’avocat Yancey Ellis témoigne des con­di­tions qu’il a vues avec ses clients. Il con­state l’absence de médecin, la grande dif­fi­culté pour sim­ple­ment par­ler à ses clients à tra­vers la fente ouverte pour le plateau de nour­ri­t­ure. Ces con­di­tions seraient aggravées par les Mesures Admin­is­tra­tives Spé­ciales (MAS). Un autre témoin Joel Sick­ler con­firme ces dires de manière con­fuse et est mal­mené par l’accusation. Un des pro­cureurs décrit les con­di­tions de la prison ADX comme telle­ment excel­lentes que les pris­on­niers ne veu­lent pas la quit­ter (sic).

Jour 16. La CIA a‑t-elle voulu enlever puis éliminer Assange ?

Un témoin de la défense explique que le cen­tre spé­cial ADX est soumis à des con­di­tions dras­tiques : une seule sor­tie par jour dans une pièce adja­cente, présence d’agents du FBI lors d’un appel télé­phonique men­su­el, cour­ri­er met­tant des mois pour arriv­er et cen­suré etc.

La juge accepte ensuite le témoignage anonyme de deux mem­bres de la société de sécu­rité espag­nole UC Glob­al. Cette société était employée offi­cielle­ment par l’ambassade d’Équateur et tra­vail­lait en sous-main – selon les témoins – pour la CIA. Ils envoy­aient des images d’Assange 24h/24 à la CIA et enreg­is­traient ses con­ver­sa­tions avec ses avo­cats. Le pro­cureur a déclaré qu’il ne ferait aucun com­men­taire sur ces témoignages en rai­son de la sépa­ra­tion absolue entre le min­istère de la Jus­tice améri­cain et la CIA. La défense a inter­prété cette déc­la­ra­tion comme une manière de se défausser.

Jour 17. Poursuite des débats, la CIA aurait voulu assassiner Assange

L’avocat de la défense Mark Sum­mers lit les témoignages des deux témoins anonymes. Le pre­mier témoin, employé de la société de pro­tec­tion espag­nole UC Glob­al détaille les rela­tions de son patron David Morales avec les ser­vices de ren­seigne­ments améri­cain. Pour un con­trat de 200K€ par mois, Morales envoy­ait les enreg­istrements vidéos de l’ambassade d’Équateur à la CIA (NDR la société UC Glob­al était offi­cielle­ment chargée de pro­téger l’ambassade équa­to­ri­enne à Lon­dres par les autorités de l’Équateur). Ces vidéos com­pre­naient les échanges d’Assange avec ses avo­cats. Le deux­ième témoin anonyme pré­cise que plus tard un sys­tème de stream­ing per­me­t­tait d’envoyer directe­ment les enreg­istrements en temps réel à la CIA. Il ajoute que des plans com­prenant l’enlèvement et/ou l’empoisonnement d’Assange ont été évo­qués. Les deux employés ont quit­té la société et David Morales est l’objet de pour­suites en Espagne.

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.