Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Presstalis : Le Figaro VS la CGT
Presstalis : Le Figaro VS la CGT

8 février 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Presstalis : Le Figaro VS la CGT

Presstalis : Le Figaro VS la CGT

Presstalis : Le Figaro VS la CGT

Trop, c’est trop. Selon Le Figaro de jeudi, « le syndicat du livre SGLCE-CGT a bloqué la parution des quotidiens plus de trente fois depuis l’annonce d’un plan de restructuration de Presstalis en septembre, n’hésitant pas à user de l’intimidation physique et à détruire des journaux ».

Presstal­is, qui dis­tribue l’intégralité des quo­ti­di­en, s’était en effet engagé à sup­primer la moitié de ses (sur)effectifs sur­payés (en comp­tant les divers­es primes, entre 4 200 et 5 500 euros brut men­su­els pour les ouvri­ers, entre 5 700 et 7 100 euros pour l’encadrement, affirme Le Figaro) en trois ans, alors qu’en dix ans, le vol­ume de jour­naux à achem­iner chaque jour a dimin­ué de 25%. D’où ces grèves de dis­tri­b­u­tion qui font per­dre aux édi­teurs 300 000 euros par jour de non-paru­tion et met­tent en péril les quo­ti­di­ens les plus frag­iles comme Libéra­tion ou L’Humanité. Face aux destruc­tions de jour­naux et aux vio­lences des syn­di­cal­istes, ils n’osent pas dépos­er plainte (à cause des mesures de rétor­sion) ni quit­ter Presstal­is (un seul départ serait fatal à l’entreprise) tan­dis que les autres logis­ti­ciens sont ter­ror­isés à l’idée de rem­plac­er l’actuel prestataire donc de devoir affron­ter la colère des ouvri­ers du livre.

Très remon­té par ces révéla­tions, le syn­di­cat du livre SGLCE-CGT répond au Figaro en ces ter­mes : « Devant un tel tis­su de men­songes et tant d’inepties, nous pour­rions raisonnable­ment penser que la pre­mière salle de shoot a vu jour au 14 boule­vard Hauss­mann, siège du Figaro et que Mon­sieur Enguérand Renault, auteur dudit arti­cle, en est un mem­bre con­som­ma­teur act­if. » Serge Das­sault y est vio­lem­ment attaqué (« celui qui a été con­damné d’inégibilité »,« marc­hand d’armes », « celui qui tient un dis­cours aux relents homo­phobes »), Enguérand Renault aus­si (« vas­sal »,« chien de garde », « valet », « domes­tique » de Das­sault). Le point God­win est même atteint puisque la CGT affirme que le père du pro­prié­taire du Figaro « fut sauvé du camp de la mort de Buchen­wald par Mar­cel Paul, mem­bre du Par­ti com­mu­niste et de la CGT ».

Crédit pho­to : cap­ture d’écran site LeFigaro.fr

Publicité

Le Néo-féminisme à l'assaut d'Internet

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».