Accueil | Actualités | Médias | Pourquoi Nice-Matin aiguise les appétits
Pub­lié le 12 février 2016 | Éti­quettes : , , ,

Pourquoi Nice-Matin aiguise les appétits

Moribond, il y a un an, le groupe Nice-Matin a repris du poil de la bête. Au point de recueillir plusieurs offres de participation minoritaire dans son capital, détenu par les salariés.

Verdict début mars sur le nom du ou des candidats retenus. C'est en effet à cette date que le conseil de surveillance de Nice-Matin statuera sur les différentes offres qui lui auront été faites. Le groupe de presse, géré sous forme coopérative, a ouvert son capital début janvier. Objectif : récolter du cash pour financer ses développements futurs, essentiellement numérique, et, surtout, événementiel. Nice-Matin va mieux — il a été à l'équilibre en 2015 — mais au prix d'un guichet de départ de 150 salariés. Faute d'actionnaire industriel, le groupe n'est pas capable d'assurer des investissements aussi importants au risque d'assécher une trésorerie qui reste fragile.

Six candidats se sont déjà manifestés auprès du mandataire Xavier Huertas. Trois d'entre eux étaient déjà en lice il y a un an lorsque Nice Matin, en dépôt de bilan, cherchait un repreneur. Le tribunal de commerce de Nice avait à l'époque donné la préférence à la Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) montée par les salariés. Il s'agit du géant monégasque du BTP Marzocco qui est sur ses terres. En second lieu intervient Iskandar Safa. L'homme d'affaires, qui a racheté l'immense domaine de Paul Ricard à Mandelieu, se verrait bien ajouter Nice-Matin à son portefeuille de titres déjà composé de Valeurs actuelles. De son côté, Yves Journel, propriétaire de l'empire de cliniques Domus, a également retiré un dossier. Nethys, la société belge qui a pris 10% de La Provence à Marseille en 2015, est également sur les rangs. L'identité des deux autres investisseurs intéressés est restée confidentielle.

Malgré son mode de gouvernance, par nature difficile à contrôler par des actionnaires extérieurs, l'appétence qui se manifeste pour Nice-Matin ne doit rien au hasard. Allégé, en partie, de sa masse salariale pléthorique, le groupe a non seulement été restructuré au plan des effectifs, mais encore pourrait devenir très profitable grâce à la mise en place d'un vrai département événementiel. Nice-Matin exploite pour l'instant à la marge ce créneau dans la seconde région la plus riche de France. La donne devrait changer d'ici le second semestre.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux