Accueil | Actualités | Médias | Pour Taubira, Le Figaro, c’est « la Pravda »
Pub­lié le 19 mai 2015 | Éti­quettes : ,

Pour Taubira, Le Figaro, c’est « la Pravda »

Christiane Taubira a décidément des envolées étranges. Invitée aux côtés de Dominique Reynié sur Canal+, la ministre de la Justice s'est emportée contre son interlocuteur qui mettait en cause sa politique.

Sur le plateau du « Supplément » de Canal dimanche 17 mars, le politologue, tête de liste UMP-UDI en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon pour les prochaines élections régionales, est revenu sur l'arrestation de Nicolas Bernard-Buss, incarcéré en marge des « Manif pour tous » en 2013. « J'ai été choqué qu'il ait été emprisonné trois semaines pour avoir été contre. On doit dans ce pays avoir le droit d'être contre », a-t-il estimé.

Et le politologue de rappeler son article sur le sujet dans Le Figaro, en juillet 2013. Mais pour Mme Taubira, la seule mention du journal suffit à décrédibiliser tout intervenant. Ne reculant devant aucune outrance, la ministre e en effet affirmé ne pas lire ce journal qualifié par elle de « Pravda » !

Et celle-ci de dénoncer « un journal qui, tous les deux jours, écrit des mensonges concernant la politique ».

Rappelons que la Pravda (« Vérité » en russe) était le journal officiel du parti communiste russe durant l’Union soviétique, et qu’il relayait par conséquent l’idéologie (et les mensonges) du pouvoir en place. Faut-il ainsi comprendre que Le Figaro, journal de la bourgeoisie libérale, est le plus fidèle relais de la politique gouvernementale ?

Crédit photo : partisocialiste via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux