Accueil | Actualités | Médias | Pour Taubira, Le Figaro, c’est « la Pravda »
Pub­lié le 19 mai 2015 | Éti­quettes : ,

Pour Taubira, Le Figaro, c’est « la Pravda »

Christiane Taubira a décidément des envolées étranges. Invitée aux côtés de Dominique Reynié sur Canal+, la ministre de la Justice s'est emportée contre son interlocuteur qui mettait en cause sa politique.

Sur le plateau du « Supplément » de Canal dimanche 17 mars, le politologue, tête de liste UMP-UDI en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon pour les prochaines élections régionales, est revenu sur l'arrestation de Nicolas Bernard-Buss, incarcéré en marge des « Manif pour tous » en 2013. « J'ai été choqué qu'il ait été emprisonné trois semaines pour avoir été contre. On doit dans ce pays avoir le droit d'être contre », a-t-il estimé.

Et le politologue de rappeler son article sur le sujet dans Le Figaro, en juillet 2013. Mais pour Mme Taubira, la seule mention du journal suffit à décrédibiliser tout intervenant. Ne reculant devant aucune outrance, la ministre e en effet affirmé ne pas lire ce journal qualifié par elle de « Pravda » !

Et celle-ci de dénoncer « un journal qui, tous les deux jours, écrit des mensonges concernant la politique ».

Rappelons que la Pravda (« Vérité » en russe) était le journal officiel du parti communiste russe durant l’Union soviétique, et qu’il relayait par conséquent l’idéologie (et les mensonges) du pouvoir en place. Faut-il ainsi comprendre que Le Figaro, journal de la bourgeoisie libérale, est le plus fidèle relais de la politique gouvernementale ?

Crédit photo : partisocialiste via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This