Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Pour FOG, « la télé rend fous » les présentateurs

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

13 juillet 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pour FOG, « la télé rend fous » les présentateurs

Pour FOG, « la télé rend fous » les présentateurs

Temps de lecture : 2 minutes

Interrogé dans les colonnes du Parisien-Aujourd’hui en France, Franz-Olivier Giesbert est revenu sur l’arrêt de son émission « Le monde d’après » sur France 3.

Désor­mais unique­ment sur France 5 avec « Les grandes ques­tions », FOG se dit néan­moins « soulagé » de cette inter­rup­tion. Tout d’abord « ce n’était pas « [s]on » émis­sion, mais une émis­sion [qu’il] ne fai­sait que présen­ter ». Ensuite, elle « néces­si­tait beau­coup de réu­nions de tra­vail inter­minables. C’était compliqué. »

Le jour­nal­iste a égale­ment con­fié qu’il ne se con­sid­érait pas comme un « dinosaure » de la télévi­sion. « Dans ma tête, j’ai tou­jours 20 ans, a‑t-il souri. Mais nos posi­tions sont tou­jours très frag­iles. Les présen­ta­teurs ont sou­vent le sen­ti­ment qu’ils sont pro­prié­taires de leur fau­teuil parce que la télé rend fou. Beau­coup refusent de se remet­tre en ques­tion et finis­sent par être écartés. C’est nor­mal que ça valse! A la télé, sans arrêt, ça monte et ça dégringole. »

En con­clu­sion, celui-ci rel­a­tivise cette déci­sion. « Je ne suis pas du genre à taper du poing sur la table, à gémir et à chialer. Il faut avoir du recul sur ce qui arrive. On fait quand même un méti­er for­mi­da­ble », estime-t-il mal­gré la sup­pres­sion pro­gres­sive des émis­sions culturelles.

Voir aussi : « La télévision utilise les invités pour les manger à son seul profit »

Crédit pho­to : LCP — Assem­blée Nationale via Flcikr (cc)