Accueil | Actualités | Médias | Pour FOG, « la télé rend fous » les présentateurs
Pub­lié le 13 juillet 2013 | Éti­quettes : , ,

Pour FOG, « la télé rend fous » les présentateurs

Interrogé dans les colonnes du Parisien-Aujourd’hui en France, Franz-Olivier Giesbert est revenu sur l’arrêt de son émission « Le monde d’après » sur France 3.

Désormais uniquement sur France 5 avec « Les grandes questions », FOG se dit néanmoins « soulagé » de cette interruption. Tout d’abord « ce n’était pas « [s]on » émission, mais une émission [qu’il] ne faisait que présenter ». Ensuite, elle « nécessitait beaucoup de réunions de travail interminables. C’était compliqué. »

Le journaliste a également confié qu’il ne se considérait pas comme un « dinosaure » de la télévision. « Dans ma tête, j’ai toujours 20 ans, a-t-il souri. Mais nos positions sont toujours très fragiles. Les présentateurs ont souvent le sentiment qu’ils sont propriétaires de leur fauteuil parce que la télé rend fou. Beaucoup refusent de se remettre en question et finissent par être écartés. C’est normal que ça valse! A la télé, sans arrêt, ça monte et ça dégringole. »

En conclusion, celui-ci relativise cette décision. « Je ne suis pas du genre à taper du poing sur la table, à gémir et à chialer. Il faut avoir du recul sur ce qui arrive. On fait quand même un métier formidable », estime-t-il malgré la suppression progressive des émissions culturelles.

Voir aussi : « La télévision utilise les invités pour les manger à son seul profit »

Crédit photo : LCP - Assemblée Nationale via Flcikr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This