Accueil | Portraits | Laure Daussy

Laure Daussy

Sentinelle féministe de la critique médias

Dans un paysage médiatique aseptisé, qui bat au rythme de la censure, de l’impensé du pluralisme et de la promotion musclée de l’idéologie « progressiste », est-il possible de trouver à redire aux quelques espaces qui offrent une tribune aux opinions divergentes ? Arrêt sur images est un de ces espaces où – sur un temps long propice aux échanges – subsiste un vivifiant esprit de débat sous la houlette du mentor expérimenté Daniel Schneidermann.

Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

La rigueur jour­nal­is­tique et l’équilibre sem­blent oubliés : seul importe le mil­i­tan­tisme voilé, qui se drape ici dans les atours du sérieux de la cri­tique médi­a­tique, mais qui a pour­tant sys­té­ma­tique­ment recours aux adjec­tifs dis­qual­i­fi­ants, aux cita­tions tron­quées et aux par­ti pris évi­dents.

Des méth­odes qui aga­cent le lec­torat d’Arrêt sur images, de plus en plus cri­tique à son encon­tre sur les forums de la pub­li­ca­tion… L’arroseur arrosé en quelque sorte.

Formation

Après le bac­calau­réat, Lau­re Daussy entre en pré­pa lit­téraire à Angers, avant d’effectuer des études de Let­tres et d’Histoire à l’Institut Catholique de l’Ouest. Elle est diplômée du Cen­tre de For­ma­tion des Jour­nal­istes de Paris en 2007.

Parcours professionnel

Elle com­mence par effectuer des piges pour France 3, entre 2007 et 2008. De 2007 à 2010, elle est jour­nal­iste pour Lefigaro.fr. C’est en 2010 qu’elle fait son entrée à la rédac­tion d’Arrêt sur images.

Faits notoires

Out­re un qua­si-mono­pole sur tous les sujets ayant trait à l’antiracisme, au fémin­isme, au mil­i­tan­tisme homo­sex­uel et à toutes les luttes dites pro­gres­sistes sur Arrêt sur Images, et qu’elle traite tou­jours selon le même angle dog­ma­tique, Lau­re Daussy a récem­ment pu faire mon­tre de sa par­tial­ité sur trois sujets : le con­flit en Ukraine, la récente sor­tie du philosophe Michel Onfray sur la théorie du genre (ajouter la men­tion oblig­a­toire «qui n’existe pas»), et le pas­sage télévisé de François Asse­lin­eau dans l’émission « On n’est pas couché ». Ces trois cas sont intéres­sants dans la mesure où ils ont soulevé beau­coup de réac­tions indignées par­mi les abon­nés d’Arrêt sur images.

Dans le pre­mier cas, Lau­re Daussy était présente sur le plateau de l’émission Arrêt sur images du 9 mai 2014. Son rôle con­sis­tait à arbi­tr­er et éclair­er, aux côtés de Daniel Schnei­der­mann, un débat ten­du entre Olivi­er Berruy­er, rédac­teur du blog Les-crises.fr, très en pointe sur le sujet de la pro­pa­gande occi­den­tale dans le dossier ukrainien, et Piotr Smo­lar, jour­nal­iste au Monde et claire­ment par­ti­san du camp occi­den­tal, tout comme sa con­frère Véroni­ka Dor­man, cor­re­spon­dante à Libéra­tion. Prob­lème : Lau­re Daussy fai­sait mon­tre d’une agres­siv­ité exclu­sive à l’encontre du blogueur-écon­o­miste, qui ne se démon­tait certes pas pour autant. Elle lui coupait la parole à de nom­breuses repris­es pour ten­ter de lui faire admet­tre de manière obses­sion­nelle la cul­pa­bil­ité avérée de la Russie dans la sit­u­a­tion ukraini­enne. Dans un même temps, elle était mal­heureuse­ment peu dis­posée à revenir sur les approx­i­ma­tions et les biais de lec­ture du reporter du Monde.

Sur le fil de com­men­taires dédié à cette émis­sion, on trou­ve en tout 935 réac­tions. Sans compter celles qui van­tent avant tous les mérites du tra­vail d’Olivier Berruy­er, ou pointent la morgue, le mépris et la con­de­scen­dance des deux jour­nal­istes embed­ded, on trou­ve aus­si de nom­breux com­men­taires dénonçant le manque de rigueur et la par­tial­ité de Lau­re Daussy. Beau­coup se mon­trent cri­tiques mais surtout excédés et agacés. De rares sou­tiens à la jour­nal­iste sont aus­si présents, mais por­tent avant tout sur l’usage de ter­mes insul­tants, par une minorité de cri­tiques, à son encon­tre, plutôt qu’à sa presta­tion. Il est pos­si­ble de lire des extraits des cri­tiques for­mulées à l’égard de Lau­re Daussy à la fin de ce por­trait.

Le deux­ième cas de fig­ure est, lui aus­si, très récent. Le 13 sep­tem­bre 2014, Lau­re Daussy signe un papi­er sur Arrêt sur images inti­t­ulé : Le com­ing-out réac d’Onfray : une sur­prise, vrai­ment ?, qu’il est pos­si­ble de lire à cette adresse (accès payant). La jour­nal­iste revient sur le pas­sage radio du philosophe Michel Onfray, la veille dans la mati­nale de France Inter, et les « réac­tions néga­tives » sus­citées par ce dernier sur les réseaux soci­aux. Pour cela, Lau­re Daussy a recours à la présen­ta­tion de tweets aléa­toires, con­damnant le philosophe pour ses posi­tions. Prob­lème : le traite­ment du sujet par Daussy, entraîne, lui, des réac­tions néga­tives sur Arrêt sur Images, qui méri­tent donc d’être soulignées sur le même mode. Reproche est fait à la jour­nal­iste de par­ticiper à un lyn­chage en se fon­dant sur des a pri­ori idéologiques et des cita­tions tron­quées, et d’interdire tout débat sur la pré­ten­due-fan­tas­mée théorie du genre, qu’Onfray cri­ti­quait. Là aus­si, une sélec­tion de ces réac­tions vous est pro­posée plus en avant.

Dernière démon­stra­tion de mal­hon­nêteté de la jour­nal­iste, elle reve­nait mer­cre­di 24 sep­tem­bre sur le pas­sage télévisé de François Asse­lin­eau, prési­dent de l’Union Pop­u­laire Répub­li­caine (UPR) dans l’émission « On n’est pas couché ». Fondé en 2007 par un ancien haut-fonc­tion­naire sou­verain­iste, ce par­ti, en dépit de résul­tats élec­toraux dérisoires aux dernières élec­tions européennes (0,41%), est par­ti­c­ulière­ment act­if sur inter­net, notam­ment au tra­vers de con­férences don­nées par son prési­dent sur des sujets aus­si vaste que l’Histoire de France, l’Union européenne, la mon­naie. Ces vidéos sont très con­sultées et appré­ciées de nom­breux inter­nautes, et il en résulte une forte activ­ité des par­ti­sans d’Asselineau sur les réseaux soci­aux et, dans une plus large mesure, sur inter­net.

Dans son papi­er, Daussy revient sur les échanges ten­dus qui ont opposé Asse­lin­eau à Aymer­ic Caron, méprisant et hargneux, peu soucieux de dis­cuter ouverte­ment avec son inter­locu­teur, et Léa Salamé, en plein épisode de dévo­tion atlantiste. Mais, plutôt que de remet­tre en cause le tra­vail de ses con­frères, la jour­nal­iste d’Arrêt sur images s’emploie plutôt à dress­er un por­trait peu flat­teur d’Asselineau, usant de tous les pon­cifs du « com­plot », de « l’extrême-droite », de ses affil­i­a­tions plus ou moins indi­rectes, au lieu de s’intéresser à ses propo­si­tions doc­tri­nales. En somme, Daussy, loin de pro­duire la cri­tique médi­a­tique que l’on serait en droit d’attendre de sa part, com­met à peu près les mêmes erreurs que les deux chroniqueurs de Lau­rent Ruquier. Il n’en fal­lait pas plus pour forte­ment irrit­er le lec­torat d’Arrêt sur images, qui se mon­tre ici de façon très large­ment majori­taire opposé à ce traite­ment médi­a­tique délètère, aux antipodes de la cri­tique sérieuse et surtout équili­brée à laque­lle la pub­li­ca­tion de Daniel Schnei­der­mann nous con­fronte la plu­part du temps.

Parcours militant

Lau­re Daussy a été mem­bre du col­lec­tif Osez le fémin­isme.

Elle l’a dit

« Tiens, un Finkielkraut bis ! L’interview de Michel Onfray dans la mati­nale de France inter, ses pro­pos sex­istes sur Valérie Tri­er­weil­er, son attaque con­tre une pré­ten­due “théorie du genre” et son appel à un comité de sur­veil­lance d’internet, ont sus­cité une mul­ti­tude de réac­tions néga­tives, sur les réseaux soci­aux et dans la presse. Mais ce n’est pas la pre­mière polémique accueil­lant des pro­pos du philosophe hyper-médi­a­tique », Arrêt sur Images, 13 sep­tem­bre 2014.

« Com­ment, donc, faire de la dis­crim­i­na­tion pos­i­tive, sans pour autant “inviter une femme pour avoir une femme” ? A titre per­son­nel, lorsque je suis en charge d’une émis­sion, j’essaie dans la mesure du pos­si­ble d’inviter des femmes. Du moins, si une femme me sem­ble intéres­sante, et qu’elle dit ne pas être disponible, j’insiste, con­sciente que cette “indisponib­lité” peut mas­quer, au fond, un trop grand scrupule à pren­dre la parole », Arrêt sur images, 13 novem­bre 2012.

« Bonne nou­velle, l’émission C dans l’air (France5), a dou­blé le nom­bre de femmes invitées, au mois de novem­bre, par rap­port au mois d’octobre. Ver­dict : 6 femmes sur 88 invités. Au mois d’octobre, nous avions compt­abil­isé 3 femmes sur 84 invités. A ce rythme, le nom­bre de femmes invitées devrait être à peu près équiv­a­lent au nom­bre d’hommes dans trois mois. 12 femmes le mois prochain, 24 ensuite et puis… 48 ? Mais peut-être y a-t-il un pla­fond infran­chiss­able ?», Arrêt sur images, 1er décem­bre 2010.

« À France soir, les men­tal­ités sem­blent évoluer lente­ment. En témoigne le pre­mier titre retenu, mar­di, pour un arti­cle au sujet du “com­ing-out” du député et secré­taire nation­al chargé de la com­mu­ni­ca­tion à l’UMP Franck Riester. C’est le site com­mu­nau­taire Yagg.com qui déplore le titre ini­tiale­ment choisi par France-Soir : “Un député-maire UMP avoue son homo­sex­u­al­ité”. (…) “Comme on “avoue” un crime”, Encore en 2011, donc” Arrêt sur Images, 7 décem­bre 2012.

« “Gou­verne­ment Oba­ma 2 : une femme à l’Environnement, un physi­cien à l’Energie”, titrait hier l’AFP dans une dépêche con­sacrée au remaniement du gou­verne­ment Oba­ma. Seul l’homme pro­mu a donc l’honneur d’être affublé d’une pro­fes­sion. Et la femme est unique­ment définie par son sexe. Celle-ci, Gina McCarthy, qui va être nom­mée à la tête de l’Agence de pro­tec­tion de l’environnement (EPA) n’était jusque-là pas seule­ment une femme mais aus­si acces­soire­ment la direc­trice d’une des agences de l’EPA, con­sacrée à la qual­ité de l’air », Arrêt sur Images, 5 mars 2013.

Ils l’ont dit

Réactions de lecteurs à l’émission sur l’Ukraine

« Lau­re Daucy (sic) a passé son temps à laiss­er pass­er les phras­es stu­pides et les sophismes lam­en­ta­bles de Smo­lar, qui est inca­pable de savoir ce qu’est un peu­ple comme il sem­ble inca­pable de com­pren­dre d’où vient le fait que le gou­verne­ment ne soit pas obéi… Alors que Berruy­er est obligé de répon­dre aux pro­pos inquisi­teurs de qua­tre jour­nal­istes (il ne se défend d’ailleurs pas tou­jours très bien) et se fait repren­dre à la moin­dre phrase de plus de 15 mots.»

« Je rejoins l’avis général pour dire que Lau­re Daussy n’a pas fait le job… de très, très loin… Dans le sens ou un(e) jour­nal­iste doit per­me­t­tre l’exposé des posi­tions, avec un min­i­mum (un max­i­mum) de respect pour les opin­ions dis­si­dentes, on ne devrait pas ne serait-ce que soupçon­ner un par­ti pris, laiss­er au moins les invités finir leur phrase…
Sa présence “au milieu” d’un débat va doré­na­vant pos­er le prob­lème de l’objectivité, et donc de la crédi­bil­ité de ce site…»

« Par con­tre, la prochaine fois, si Lau­re Daussy pou­vait être un peu plus neu­tre dans la mesure où elle co-ani­me le débat… parce que là c’était insup­port­able. Ou alors qu’elle assume d’y par­ticiper et on ver­ra ce qu’elle a dans le ven­tre.»

« Pourquoi donc de telles oppo­si­tions? De mon point de vue la ligne Lau­re Daussy ne se rend pas compte qu’elle embrasse totale­ment l’idéologie occi­den­tale. La ligne Berruy­er, me sem­ble par oppo­si­tion plus neu­tre idéologique­ment. Cette plus grande neu­tral­ité idéologique amène à cri­ti­quer les évène­ments autant que les points de vue. Point de vue que Lau­re Daussy et les siens refusent obstiné­ment de voir. Ils le refusent d’ailleurs avec une cer­taine agres­siv­ité. Évidem­ment, en tant qu’abonné d’ASI, je suis scan­dal­isé par la presta­tion lam­en­ta­ble de Lau­re Daussy…»

Réactions de lecteurs à l’article sur Michel Onfray

« Comme d’autres avant moi, je con­sid­ère ce bil­let rel­e­vant davan­tage du papi­er mil­i­tant que d’un réel tra­vail jour­nal­is­tique. Qu’on me com­prenne bien, rien n’a été trav­es­ti, mais on peut aisé­ment devin­er qui est l’auteur de l’article sans le savoir aupar­a­vant. Le ton util­isé et la focal­i­sa­tion qua­si­ment immé­di­ate sur cer­tains thèmes de prédilec­tion sont presque car­i­cat­u­raux, et en ce qui me con­cerne, fatiguant.»

« À lire cet arti­cle, je vois que pour ASI aus­si, le monde se divise entre les gens qui pensent et ceux qui twee­t­ent, autrement dit qui gazouil­lent, les cervelles d’oiseau, quoi! ces derniers ayant vis­i­ble­ment le dernier mot pour la jour­nal­iste qui a “pon­du” cet arti­cle…»

« Le dernier para­graphe est assez lam­en­ta­ble; il laisse encore traîn­er le par­fum d’extrême-droite dont Mme Roudi­nesco et con­sorts asper­gent à tout-va tous ceux qui s’attaquent à Freud, dont les auteurs du livre noir de la psy­ch­analyse, autre­fois taxés d’antisémites car eux aus­si remet­taient la stat­ue Freud en ques­tion.
On peut être d’accord ou en désac­cord total avec Onfray sur de nom­breux point; mais laiss­er traîn­er ce genre d’amalgame-là est pro­pre­ment écœu­rant.» 

« Je trou­ve ce papi­er par­ti­c­ulière­ment léger. Quand on prend le risque de par­ticiper et d’amplifier un lyn­chage médi­a­tique, il faut avoir quelques billes, sinon on prend le risque de ne faire appa­raître que ses pro­pres choix idéologiques …
Quelles sont les sources: deux twit­tos par­faite­ment incon­nus — de moi en tout cas. Est-ce vrai­ment sig­ni­fi­catif ? Est-il légitime de leur don­ner autant d’importance ? Je ne vous accuse pas de cette inten­tion, mais il faut avoir con­science que ce genre de procédé est prop­ice à toutes les manip­u­la­tions. “Le web s’enflamme !” Vrai­ment ?
Vous auriez pu men­tion­ner les accu­sa­tions sim­i­laires con­tre Mar­cel Gauchet cet été, mais au moins, les polémistes sont bien iden­ti­fiés.
Sur le fond, Michel Onfray a beau être un per­son­nage peu intéres­sant et un esprit grossier, il ne mérite pas l’amalgame de ses pro­pos tout aus­si grossier que vous réalisez.
Est-ce être un réac que de cri­ti­quer la théorie du genre ? Ne peut-t-on pas en débat­tre sans être vic­time d’un procès en sor­cel­lerie ?
Les attaques (inspi­ra­tion d’extrême-droite) dont il a été l’objet par des représen­tants auto­proclamés de la psy­ch­analyse ne mérit­eraient-elles pas d’être mis­es en per­spec­tives ?
Quant aux longues insin­u­a­tions insis­tantes et insin­u­antes sur l’antisémitisme … Vous devriez réfléchir longue­ment avant de vous en faire l’écho.
Au lieu de cela, vous mélangez tout sans dis­cerne­ment, d’une manière un peu “procès stal­in­ien”. Bref, la lec­ture de cet arti­cle donne le sen­ti­ment d’un bil­let mil­i­tant mais pas d’un tra­vail jour­nal­is­tique…»

« Sinon je trou­ve l’article assez super­fi­ciel, on dirait que Lau­re Daussy s’est énervée en écoutant Onfray à la radio et a rapi­de­ment pon­du un sur­vol des polémiques médi­a­tiques autour d’Onfray.»

« Cet arti­cle est un véri­ta­ble tor­chon : indigne d’ASI ! C’est lam­en­ta­ble de voir Michel Onfray se faire traiter de reac ou de Finkielkraut bis ! Lau­re Daussy : mer­ci de garder votre bien-pen­sance pour vous et de ne pas con­t­a­min­er le site d’ASI avec ! Michel Onfray pense le réel, il peut se tromper, nous pou­vons débat­tre de ces pro­pos, être d’accord ou pas ; mais vous n’avez pas le droit sur ce site, pré­cisé­ment, de fer­mer le débat de la sorte !»

Réactions de lecteurs à l’article sur le passage télévisé de François Asselineau

« Bon, ben c’est pas avec cet arti­cle que j’aurais une idée plus claire de la ten­dance poli­tique réelle de l’UPR. J’ai tout juste appris que Lau­re Daussy à son opin­ion claire­ment anti-Asselin­au… Du coup l’article a une tonal­ité agres­sive qui le dessert totale­ment.»

« Mais au delà de ça, ni vous (Lau­re Daussy, NDLR), ni Caron, ni Salamé n’allez jamais sur le FOND des argu­ments que ce type avance. Je me fous de savoir d’où il vient, quel fut son par­cours, (il a été proche de par­tis qui souhaitaient faire recou­vr­er à la France sa sou­veraineté pop­u­laire, point) ce sont ses sources qui m’intéressent.»

« Bref, encore des insin­u­a­tions, alors qu’Asselineau énonce des faits. On se demande qui est jour­nal­iste… Dom­mage de trou­ver ça sur ASI, mais on com­mence à s’habituer.»

« Encore un com­plo­tiste ? C’est a ce genre d’attaque, que je sais qu’un arti­cle est par avance à charge et le plus sou­vent mal­hon­nête… Caron, Daussy même com­bat ?»

« J’avoue que l’article de Lau­re m’a un peu choqué, tant il est agres­sif et que je trou­vais qu’Asselineau ne méri­tait pas cela (comme vous dites… les sources sont là). De plus, comme vous, j’ai été choqué d’apprendre… et bah rien. Je n’ai rien appris de cet arti­cle si ce n’est qu’il a côtoyé telle ou telle per­son­ne briève­ment présen­tée.»

« Petit rap­pel : la voca­tion prin­ci­pale d’Arrêt sur images est la réflex­ion cri­tique sur les médias. Lau­re Daussy n’a tou­jours pas com­pris le con­cept de ce site. En tant qu’@sinaute de longue date, je suis affligé par cet arti­cle ! Et pour­tant, il y avait tant à dire sur le déroule­ment de cette émis­sion !»

« Un arti­cle mal­hon­nête de plus de la part de Lau­re Daussy… et pour­tant, je ne suis pas du bord poli­tique d’Asselineau. Je regrette amère­ment la péri­ode libre d’@si, avec Judith, Maja, Guy, Jus­tine. On a bien l’impression que vous êtes ren­trés dans le rang. Plus de cri­tique des médias, mais des cri­tiques des hommes qui déplaisent au pou­voir, Tad­déi, Chouard, Asse­lin­eau, etc., sur lequel on jette l’anathème “com­plo­tisme dieu­do-soralien”.
Décidé­ment, je vais finir par quit­ter @si, ça me fatigue.»

« Quel Dom­mage que Lau­re Daussy, fidèle à elle même, certes, ne cherche pas plus loin que l’argument débile du com­plo­tisme…»

Et pour finir, une citation de Christopher Lasch, historien, sociologue américain (1932–1994)

« La classe ouvrière, autre­fois pili­er du mou­ve­ment social­iste, est dev­enue une pitoy­able relique d’elle-même. L’espoir que de “nou­veaux mou­ve­ments soci­aux” prendraient sa place dans la lutte con­tre le cap­i­tal­isme, espoir qui a briève­ment soutenu la gauche à la fin des années soix­ante dix et au début des années qua­tre-vingt, n’a débouché sur rien. Non seule­ment les nou­veaux mou­ve­ments soci­aux — le fémin­isme, les droits des homo­sex­uels, les droits au min­i­mum social, l’agitation con­tre la dis­crim­i­na­tion raciale — n’ont rien en com­mun, mais leur seule exi­gence cohérente vise à être inclus dans les struc­tures dom­i­nantes plutôt qu’à une trans­for­ma­tion révo­lu­tion­naire des rap­ports soci­aux.

Ce n’est pas seule­ment que les mass­es ont per­du tout intérêt pour la révo­lu­tion ; on peut arguer que leurs instincts poli­tiques sont plus con­ser­va­teurs que ceux de leurs porte-parole auto-désignés et de leurs libéra­teurs poten­tiels. Après tout, ce sont les ouvri­ers et la petite bour­geoisie qui veu­lent voir lim­iter le droit à l’avortement, qui se cram­pon­nent à la famille bi-parentale comme source de sta­bil­ité dans un monde agité, qui s’oppose aux expéri­ences de “modes de vie alter­nat­ifs”, et qui nour­ris­sent des réserves pro­fondes sur la dis­crim­i­na­tion pos­i­tive et autres efforts d’ingénierie sociale à grande échelle. Pour revenir plus étroite­ment aux ter­mes de la descrip­tion d’Ortega, ils ont un sens des lim­ites plus haute­ment dévelop­pé que les class­es supérieures. Ils com­pren­nent, à la dif­férence de celles-ci, qu’il y a des lim­ites inhérentes au con­trôle de l’homme sur le cours du développe­ment de la société sur la nature et sur le corps, sur les élé­ments trag­iques de la vie et de l’histoire humaines.

[…] Lorsqu’ils (les élites cul­turelles dom­i­nantes, NDLR) se retrou­vent con­fron­tés à de la résis­tance devant ces ini­tia­tives, ils révè­lent la haine ven­imeuse qui ne se cache pas loin sous le masque de la bien­veil­lance bour­geoise. La moin­dre oppo­si­tion fait oubli­er aux human­i­taristes les ver­tus généreuses qu’ils pré­ten­dent défendre. Ils devi­en­nent irri­ta­bles, phar­isiens, intolérants. Dans le feu de la con­tro­verse poli­tique, ils jugent impos­si­ble de dis­simuler leur mépris pour ceux qui refusent avec obsti­na­tion de voir la lumière — ceux qui “ne sont pas dans le coup”, dans le lan­gage auto-sat­is­fait du prêt-à-penser poli­tique.»

Christo­pher Lasch, La révolte des élites ou la trahi­son de la démoc­ra­tie, 1994.

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

9% récolté
Nous avons récolté 185,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux