Accueil | Actualités | Médias | Politico Europe : entre vassalité américaine et difficultés financières
Pub­lié le 6 septembre 2018 | Éti­quettes : , , ,

Politico Europe : entre vassalité américaine et difficultés financières

Politico, une histoire américaine

Né à Washington en 2007 sous la houlette de l’éditeur Robert Allbritton, des journalistes Jim VandeHei et John F. Harris, venus du Washington PostPolitico dans sa version d’outre-Atlantique, se présente comme une source d’information sur la Maison Blanche et le Congrès. Il revendique 7 millions de visiteurs uniques par mois et communique également via son édition papier, son magazine, ses événements et ses lettres professionnelles (Politico Pro) disponibles sur abonnement. La version papier est diffusée à environ 40 000 exemplaires, distribués gratuitement à Washington D.C et Manhattan. Politico peut éditer jusqu’à 5 éditions par semaine. Ses vidéos sont reprises sur d’autres supports comme CBS News.

Quand Politico débarque en Europe

Nous annoncions en août 2015 l’implantation du média américain à Bruxelles pour traiter de l’Europe :

« Dans la capitale de l’Union européenne, parmi les hordes de politiques, d’élus, de « décideurs », de lobbyistes, on s’excite à l’annonce de l’arrivée du mastodonte américain « Enfin, Washington s’intéresse à Bruxelles », entend-on dans les couloirs, où les fonctionnaires s’émoustillent du projet de Politico de diffuser les « gossip » de la grosse maison … on saura que Jean-Claude Juncker n’est pas si méchant, puisqu’il souffre, le pauvre, de calculs rénaux… Que la soirée de lancement du site, le 23 avril 2015, à laquelle se pressait le gratin des instances européennes, ait été financée par Google, au moment même où la Commission s’inquiétait de son « abus de position dominante », n’inquiète non plus personne. »

Loin de l’équilibre financier

Trois ans plus tard, si le site revendique plusieurs dizaines de milliers d’abonnés à sa newsletter (gratuite) Playbook, il a perdu en 2017 plus de 5 millions d’euros sur un chiffre d’affaires de 12 millions. Déjà vingt journalistes sont partis en 2018 pour atteindre un équilibre qui semble hors de portée alors que sa directrice Shéhérazade Semsar espère atteindre cet objectif dès 2019 sans faire appel aux fonds de sa maison père. Mais l’équilibre financier est il vraiment important ? Politico Europe est un point d’observation idéal pour les journalistes s’intéressant à l’Union Européenne et aussi pour le Département d’État américain…

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This