Accueil | Actualités | Médias | Philippe Lefait : « Le marché est la seule idéologie qui vaille »
Pub­lié le 5 juin 2013 | Éti­quettes : , , ,

Philippe Lefait : « Le marché est la seule idéologie qui vaille »

Philippe Lefait animait l’émission culturelle « Les mots de minuit » sur France 2 depuis maintenant 13 ans ; il vient d’apprendre par la direction de France Télévisions que l’émission, créée en 1992 sous le nom « Le cercle de minuit », va être supprimée.

Interrogé par Le Monde, l’animateur fait le bilan : « Nous coûtons cher par rapport à l'audience que nous avons. (...) En revanche, si on s'arrête à une logique de service public, cela ne coûte pas forcément très cher. Entre le prix et l'audience, il y a forcément quelque chose qui s'appelle le service public et, accessoirement, la programmation. »

Pour lui, « avoir trois émissions culturelles, quelle que soit la forme qu’elles prennent, est sans doute, dans l'esprit d'une chaîne généraliste, un magazine culturel de trop. Pour autant si, comme je le crois, France Télévisions est un piano de très belle facture, il est dommage de se priver de ses notes graves et aiguës. » Amer, Philippe Lefait pense que « nous sommes entrés dans une ère où le marché est la seule idéologie qui vaille ; que le chiffre est une dictature qui impose sa loi et que, au-delà même de la télévision, la société devient une société du divertissement généralisé. C'est la vieille règle du pain et des jeux, modernisée par le triomphe du marché. »

Il conclut sur une image peu reluisante : « Nous avons découvert tardivement la fin de quelque chose en quoi nous croyons tous : le service public. C'est un lieu évident de la communauté et de la démocratie et nous sommes tous volontaires pour continuer. Jusqu'alors, nous roulions en berline, nous sommes prêts à passer à la voiture hybride, bien plus économique, dit-on. »

Dessin : © Milady de Winter

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux