Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pesticides : «  Cash Investigation » se prend les pieds dans le tapis

16 février 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Pesticides : « Cash Investigation » se prend les pieds dans le tapis

Pesticides : « Cash Investigation » se prend les pieds dans le tapis

Accueil | Veille médias | Pesticides : « Cash Investigation » se prend les pieds dans le tapis

Pesticides : « Cash Investigation » se prend les pieds dans le tapis

16 février 2016

« D’après l’Efsa, l’agence européenne de sécurité des aliments, 97 % des denrées alimentaires contiennent des résidus de pesticide. »

Dans sa dernière émis­sion con­sacrée aux pes­ti­cides, « Cash Inves­ti­ga­tion » a fait de cette affir­ma­tion la base de son reportage et son leitmotiv.

Dès le début de l’émis­sion, la voix off nous assène cette infor­ma­tion. Plus tard, Élise Lucet en remet une couche : « Il y a un chiffre qui est vrai­ment le point de départ de notre enquête : 97 % des ali­ments que nous con­som­mons con­ti­en­nent des résidus de pes­ti­cides. » Puis insiste à nou­veau : « L’énorme majorité de ce que nous con­som­mons est con­t­a­m­inée par les pesticides. » 

Inter­rogé sur la toile pen­dant la dif­fu­sion de l’émis­sion, un des jour­nal­istes de France 2, Mar­tin Boudot, répond à un inter­naute le ques­tion­nant sur la nature des 3% restants qu’il s’ag­it des pro­duits « bio ou à très faible teneur en pes­ti­cides ». Pour jus­ti­fi­er cette infor­ma­tion large­ment mise en avant et reprise pour tous les médias comme par les asso­ci­a­tions mil­i­tantes, « Cash » cite le rap­port 2013 de l’Autorité européenne de sécu­rité ali­men­taire (Efsa) sur les résidus de pes­ti­cides, pub­lié en 2015.

Or, comme l’a souligné Libéra­tion, le titre com­plet du rap­port, d’ailleurs affiché à l’écran pen­dant l’émis­sion, est : « Plus de 97 % des ali­ments con­ti­en­nent des résidus de pes­ti­cides dans les lim­ites légales ». On voit ici que la fin de la phrase a été, volon­taire­ment ou non, coupée par l’équipe d’Élise Lucet… or, cela change tout.

En effet, le rap­port ne dit en aucun cas que 97 % de nos ali­ments con­ti­en­nent des pes­ti­cides mais au con­traire que 97,4 % des échan­til­lons analysés ne dépassent PAS les lim­ites de pes­ti­cides autorisées par l’UE. Cela ne sig­ni­fie donc absol­u­ment pas que 97,4 % des ali­ments con­ti­en­nent des pes­ti­cides car sur ces 97,4 %, 42,8 % con­ti­en­nent des résidus détecta­bles mais ne dépassent pas les lim­ites autorisées, alors que 54,6 % ne con­ti­en­nent AUCUN résidu détectable (ce qui ne veut toute­fois pas dire qu’ils n’en con­ti­en­nent pas mais rien ne per­met de le signaler).

Con­cer­nant les 3 % restants, présen­tées comme des pro­duits bio, ils sont au con­traire les 3 % d’al­i­ments qui dépassent les lim­ites autorisées ! C’est donc sur un con­tre­sens total que le reportage a été basé, ce qui invalide toute une démon­stra­tion qui con­tient pour­tant des élé­ments de vérité… Pour sa défense, « Cash Inves­ti­ga­tion » a déclaré avec une belle dose de mau­vaise foi que les 54,6 % d’aliments sans résidus détecta­bles con­ti­en­nent en réal­ité des pes­ti­cides mais dans des quan­tités non mesurables, sans toute­fois don­ner plus d’informations…

Une erreur grossière qui dessert un sujet pour­tant légitime et qui au final donne des armes à l’industrie des pes­ti­cides, laque­lle n’a pas atten­du longtemps pour dénon­cer le grand n’importe quoi de cette émis­sion qui nous avait habitués à plus de sérieux…

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés