Accueil | Actualités | Médias | Élise Lucet lance une pétition contre le « secret des affaires »
Pub­lié le 10 juin 2015 | Éti­quettes : ,

Élise Lucet lance une pétition contre le « secret des affaires »

Le 16 juin 2015, les députés de la commission des affaires juridiques (JURI) du Parlement européen, se réuniront pour plancher sur la directive dite du « secret des affaires », laquelle, si elle est adoptée, permettra aux États de l’Union de poursuivre des journalistes (et leurs sources) ayant révélé des affaires internes à une entreprise.

Dans une pétition lancée sur la plate-forme Change.org, la journaliste Élise Lucet (France 2) alerte l'opinion sur cet acte de censure inédit.

« Sous couvert de lutte contre l’espionnage industriel, le législateur européen prépare une nouvelle arme de dissuasion massive contre le journalisme, le "secret des affaires", dont la définition autorise ni plus ni moins une censure inédite en Europe », peut-on lire dans le communiqué. Et de préciser que si cette directive était déjà en place, nous n’aurions, par exemple, « jamais entendu parler du scandale financier de Luxleaks, des pesticides de Monsanto, du scandale du vaccin Gardasil »...

« Avec ce texte, un juge saisi par l’entreprise sera appelé à devenir le rédacteur en chef de la Nation qui décide de l’intérêt ou non d’une information », écrivent les pétitionnaires. De plus, tout journaliste révélant une information dérangeante pourra se voir réclamer « des sommes colossales ». Et ce sans parler des sources, qui seront « les premières victimes d’un tel système », car « pas un mot ne figure dans le texte pour assurer leur protection ».

« Nous, journalistes, refusons de nous contenter de recopier des communiqués de presse pour que vous, citoyens, restiez informés. Et comme disait George Orwell : "Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié : tout le reste n’est que relations publiques" », conclut le texte, déjà approuvé par près de 150 000 signataires (au 09 juin 2015).

Tout comme certaines figures de la presse citées par le communiqué, l'Ojim s'associe à cette initiative et réclame l'abandon immédiat de cette folle directive qui menace, on ne peut plus clairement, la liberté d'informer.

Pour signer la pétition empêchant une censure institutionnelle au service des lobbys et des industriels, c’est ici.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This