Accueil | Actualités | Médias | Perdriel reprend le contrôle de Challenges et Renault quitte le capital
Pub­lié le 16 janvier 2020 | Éti­quettes : , ,

Perdriel reprend le contrôle de Challenges et Renault quitte le capital

L'industriel Claude Perdriel vient d’annoncer avoir racheté la part de Renault dans son groupe de presse (appelé “Groupe Challenges”) propriétaire entre autres, de Challenges et Sciences & Avenir, dont il était déjà le principal actionnaire. Il reprend donc les rênes de son groupe en redevenant l’unique actionnaire.

Une implication de Renault dans le capital pour tester de nouveaux contenus

Actionnaire depuis 2017 à hauteur de 40% du groupe, Renault s’était impliqué dans une volonté de “tester la création de contenus adaptés aux utilisateurs de voitures connectées, tels des podcasts, dans le cadre d'un projet appelé AEX (Augmented editorial experience)”. Ce qui avait donné lieu à la production de quelques podcasts.

Cette participation devait monter à 45% du capital suite à une annonce de décembre 2018, dans le cadre d’une augmentation de 5 millions d’euros réalisée conjointement avec Claude Perdriel. Mais cette dernière avait finalement été mis en suspens, Renault demandant des éclaircissements sur la mauvaise situation financière du groupe. Après avoir été dit en juin 2019 qu’il n’y avait “pas de crise ouverte ou de risque de retrait de Renault”, Renault vient finalement de se retirer totalement du capital.

En 2019, après une baisse de participation, le retrait

En août 2019, Renault était déjà passé à 35% du capital après une recapitalisation effectuée par Perdriel. On vient désormais d’apprendre qu’en décembre 2019, c’est l’intégralité de la part que Perdriel vient de racheter pour la somme de 6 millions d’euros (Renault avait dépensé la somme de 12 millions d’euros au moment de son entrée).

Le départ semble ne pas s’être fait en de mauvais termes, Renault a annoncé continuer son projet AEX tout en soulignant se rendre “compte qu'on peut clairement avancer autrement avec des collaborations plus classiques, sans forcément investir de manière capitalistique”. Une manière élégante de clore un investissement de l’ère Ghosn et d’abandonner Perdriel au milieu des pertes du journal.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This