Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Ouest-France et Paris Normandie croisent le fer

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

30 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Ouest-France et Paris Normandie croisent le fer

Ouest-France et Paris Normandie croisent le fer

Temps de lecture : 2 minutes

Presse régionale. La fusion des Basse et Haute Normandie en une seule région à partir de janvier provoque la fin du statu quo entre Caen et Rouen.

Depuis le 30 novem­bre, le quo­ti­di­en indépen­dant Paris Nor­mandie est présent dans le Cal­va­dos au tra­vers d’une dix­ième édi­tion bap­tisée France Nor­mandie. Cette dernière com­prend deux pages locales sur le départe­ment, plus spé­ci­fique­ment ciblées sur l’ac­tu­al­ité de Caen et de sa périphérie. Cette incur­sion en Basse Nor­mandie pour le titre implan­té unique­ment dans les départe­ments de la Seine mar­itime et de l’Eure depuis sa créa­tion, inter­vient dans un con­texte de guerre larvée avec le puis­sant voisin Ouest-France. Le géant bre­ton, qui pub­lie plusieurs édi­tions dans la Manche, l’Orne et le Cal­va­dos, dégain­era le 2 décem­bre trois nou­velles édi­tions dans le fief de Paris Nor­mandie. Elles seront présentes à Rouen, Evreux et Le Havre. Le groupe de François-Régis Hutin (pho­to) est resté dis­cret sur ses visées expan­sion­nistes mais compte bien ne pas rater le ren­dez-vous de la future grande région nor­mande pour accroître ses recettes.

Si le petit Paris Nor­mandie coupe donc in extrem­is l’herbe sous le pied d’Ouest-France, l’arrivée de son puis­sant voisin risque pour­tant de ne pas arranger ses affaires. Les quelques cen­taines d’ex­em­plaires que ven­dront les trois nou­velles édi­tions d’Ouest-France seront en effet prob­a­ble­ment à sous­traire de la dif­fu­sion de Paris Nor­mandie. Avec 41 000 exem­plaires en 2014, cette dernière a encore bais­sé de plus de 6% l’an­née dernière. Repris en 2012 par Xavier Ellie et Denis Huer­tas, deux anciens dirigeants de l’empire Her­sant, le jour­nal est tou­jours sur la corde raide. Le titre, qui a fait par­tir un quart du per­son­nel à l’époque, a été tout juste à l’équili­bre en 2014 et les comptes ne seront pas a pri­ori meilleurs cette année.

Ouest-France a beau être détenu à 99% par L’As­so­ci­a­tion pour le sou­tien des principes de la démoc­ra­tie human­iste et défendre les couleurs de la démoc­ra­tie chré­ti­enne, la per­spec­tive de met­tre encore un peu plus en dif­fi­culté son con­cur­rent ne sem­ble guère émou­voir son prési­dent, François-Régis Hutin.

Crédit pho­to : Le Figaro / le.buzz.media