Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nice-Matin : Niel/Estrosi jouent et gagnent

2 août 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Nice-Matin : Niel/Estrosi jouent et gagnent

Nice-Matin : Niel/Estrosi jouent et gagnent

Le feuilleton autour de l’actionnariat majoritaire de Nice-Matin s’achève. Alors que les salariés s’étaient prononcés majoritairement contre Niel et en faveur de la proposition de l’industriel Iskandar Safa (propriétaire de Valeurs Actuelles), ce dernier se retire de la course.

Une histoire belge

Le belge Nethys, pro­prié­taire de 34% du cap­i­tal social (le sol­de appar­tenant à la coopéra­tive des salariés) et d’une option à exercer pour racheter 100% des actions en 2020 a préféré Niel à Safa pour des raisons qui parais­sent surtout poli­tiques. Safa s’était aligné sur les propo­si­tions finan­cières de Niel et Nethys est proche des milieux social­istes fran­coph­o­nes en Bel­gique, plus proches d’un action­naire du Monde que de celui de Valeurs Actuelles. Une inter­ven­tion cachée et indi­recte sur le Par­ti Social­iste belge n’est pas à exclure.

Safa jette l’éponge

Niel ayant racheté les parts de Nethys, Safa aurait dû aller au tri­bunal pour faire val­oir les droits des salariés qui avaient voté pour lui et cass­er le pacte d’actionnaires. Une procé­dure longue, coû­teuse et dan­gereuse au moment où le titre était en redresse­ment judi­ci­aire. Dans un entre­tien au Figaro du 29 juil­let 2019 Safa expli­quait les raisons de son retrait « Je suis recon­nais­sant envers les salariés-action­naires qui ont voté pour notre plan de reprise lors de l’assemblée générale du 12 juil­let, et je leur souhaite un futur solide. Mais le con­texte a sen­si­ble­ment changé depuis que nous nous sommes penchés sur le dossier de Nice-Matin, fin 2018. Dans ces con­di­tions, je préfère ne pas con­tin­uer». Il a ajouté vouloir se con­sacr­er à la chaîne télévisée Azur dans laque­lle il a pris 39% des parts.

Estrosi soulagé

Même si Niel n’est pas réputé pour inter­venir directe­ment dans les rédac­tions, ses pen­chants très Macron-com­pat­i­bles comme ceux du Monde dont il est un des action­naires de référence ou ceux de son beau-père Bernard Arnault, ne sont pas un secret. Estrosi, actuel maire de Nice, se rap­proche de plus de LaREM, con­traire­ment à son rival de chez LR Eric Ciot­ti. Niel jure (sans rire) ses grands dieux que ses moti­va­tions ne sont pas poli­tiques. Elles ne sont pas finan­cières car le quo­ti­di­en perd de l’argent et va néces­siter de lourds investisse­ments. L’opération est claire­ment motivée par les prochaines élec­tions munic­i­pales à Nice dans moins d’un an. Si Estrosi est réélu, il saura qui remerci­er.

Derniers portraits ajoutés

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.