Accueil | Actualités | Médias | Naufrage des migrants : quand la géographie est malmenée
Pub­lié le 1 mai 2015 | Éti­quettes : ,

Naufrage des migrants : quand la géographie est malmenée

Qui n'a pas entendu parler du dernier naufrage de clandestins en Méditerranée ? 400 morts, dans le canal de Sicile, soit aux portes de l'Europe ? Faux, révèle le site italien Voxnews.

En Italie comme en France, tous les médias ont pourtant situé cet événement tragique « dans le canal de Sicile ». « Le décompte macabre des morts dans le canal de Sicile se poursuit », titre ainsi Le Monde. « Naufrage meurtrier dans le Canal de Sicile », titrent Les Échos. Quant au Figaro, le quotidien avance avec assurance que le naufrage a eu lieu « en plein milieu du canal de Sicile ».

Cependant, comme le note Voxnews, une simple carte suffit à constater que la tragédie a en réalité eu lieu à 60 milles nautiques de la Libye, soit au large de ses côtes, et à seulement 100 milles de la Tunisie, qui n'a pourtant pas levé le petit doigt.

Quant au canal de Sicile, il se situe à 250 milles nautiques du lieu du naufrage, soit une erreur de près de 500 kilomètres... De quoi situer, par exemple, le Mont Blanc en plein Paris !

Ignorance des journalistes (qui, la plupart du temps, se contentent de reprendre les dépêches AFP) ou réelle volonté de culpabiliser les Européens ? Car si le titre avait été « Naufrage au large des côtes libyennes », l'impact aurait sans doute été tout autre, d'autant que les médias se sont empressés, dans le même temps, de crier à « l'Europe démunie » « sommée d'agir » ou encore « au pied du mur »...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This