Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Naissance de l’Opinion

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

15 mai 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Naissance de l’Opinion

Naissance de l’Opinion

Temps de lecture : 2 minutes

Le nouveau média auquel Nicolas Beytout travaille depuis plusieurs mois est lancé depuis mardi 14 avril 2013 à 18 heures via son site internet www.lopinion.fr

Il s’agit en réal­ité d’un bi-média. La ver­sion numérique, un site inter­net ali­men­té en con­tinu, pren­dra effet à 18h. La ver­sion papi­er, quo­ti­di­enne, atten­dra quant à elle aujour­d’hui mer­cre­di pour faire son appari­tion en kiosque, où elle sera ven­due 1,50 euros. La ligne édi­to­ri­ale sera « libérale, pro-busi­ness et européenne » et le jour­nal, qui cible les CSP+, trait­era surtout des ques­tions poli­tiques, économiques et internationales.

Nico­las Beytout, ancien du Figaro et des Échos, reste cepen­dant très dis­cret con­cer­nant le finance­ment du pro­jet. « Cela n’a pas beau­coup d’in­térêt » avait-il déclaré à puremedias.com. Les investis­seurs, une quin­zaine, n’ont pas été ren­dus publics. Pas plus que leurs apports. « Ces investis­seurs con­sid­èrent que ce ne doit pas être le jour­nal des action­naires. Cer­tains sont plus célèbres que d’autres, donc ce sujet-là était un sujet de préoc­cu­pa­tion », assure Beytout, qui n’a guère démen­ti les noms de Bernard Arnault, de Xavier Niel ou encore de Claude Per­driel, évo­qués récemment.

Bey Médias, la hold­ing con­trôlant le jour­nal et sa régie pub­lic­i­taire, reste – offi­cielle­ment – détenue en inté­gral­ité par Nico­las Beytout et sa société per­son­nelle, NS Island. Cette dernière se voit même accorder un stock d’actions « assor­ties du droit de nom­mer le rédac­teur en chef du jour­nal […] et de choisir la com­po­si­tion de l’équipe de rédaction ».

L’Opinion compte attein­dre l’équilibre en trois ans. Com­ment ? Grâce à qui ? Le mys­tère est savam­ment entretenu.