Accueil | Actualités | Médias | « Mur des cons » : le journaliste sanctionné…

« Mur des cons » : le journaliste sanctionné…

Le journaliste de France 3 qui a filmé le « mur des cons » au Syndicat de la magistrature va subir une procédure disciplinaire de la part de France Télévisions.

Dans un communiqué, le groupe public reproche à Clément Weill-Raynal d’avoir, à propos des enregistrements, « fait le choix d’en dissimuler l’existence à sa hiérarchie ». Au terme de cette procédure, « la direction décidera ou non d’une sanction disciplinaire ».

« Ils veulent ma tête », a rétorqué le journaliste en évoquant le Syndicat national des journalistes (CGT) avec qui il a déjà eu des problèmes dans le passé. Clément Weill-Raynal est en effet connu pour ses positions de défense à l’égard du sionisme et d’Israël. Il avait, en 2011, remis en cause un reportage de Charles Enderlin sur France 2, accusant ses collègues d’être pro-palestiniens et créant « l’affaire al-Durah » du nom de cet enfant palestinien tué par une balle israélienne, selon Enderlin, alors que son père tentait de le protéger.

Il avait également, en 2011, accusé France Inter de « cracher sur les juifs ». Depuis, la CGT l’a, selon lui, dans le viseur et compterait le faire sanctionner.

Crédit photo : capture d'écran vidéo BFMTV via Youtube (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This