Accueil | Actualités | Médias | Mougeotte/Sarkozy : la collaboration parfaite
Pub­lié le 16 juillet 2014 | Éti­quettes : , ,

Mougeotte/Sarkozy : la collaboration parfaite

Ce week-end, M, le magazine du Monde, a dressé un portrait de la fabrication de l'information par les politiques. Et à ce sujet, le magazine révèle la bonne collaboration entretenue entre Le Figaro d'Étienne Mougeotte et l'équipe de Nicolas Sarkozy, sous le précédent quinquennat.

En se basant sur les fameux enregistrements de Patrick Buisson, Le Monde raconte, en détail, une réunion du 27 février 2011 entre Nicolas Sarkozy et ses conseillers, juste avant une allocution publique. Lors de celle-ci, le chef de l'État est censé réagir aux Printemps arabes et annoncer les départs de Michèle Alliot-Marie et de Brice Hortefeux.

Alors que Sarkozy propose de réaliser le lendemain une interview avec Laurence Ferrari et David Pujadas afin d'approfondir et d'expliquer ce remaniement, ses conseillers l'en dissuadent, jugeant que les deux « grotesques » journalistes ne seront « pas à la hauteur de l'événement » et le « tireront vers le bas ».

Autre anecdote : la méthode Buisson pour parler immigration. Souhaitant remettre ce thème sur le devant de la scène, l'ancien conseiller du président propose de l'imposer « à coups de sondages glissés opportunément aux 'médiateux' ».

C'est à cette occasion que M. Buisson appelle Étienne Mougeotte, à l'époque directeur des rédactions du Figaro, pour lui « donner des choses en exclusivités ». Comme le souligne le magazine du Monde, Nicolas Sarkozy avait en effet demandé à ce que le texte de ses discours soit fourni à l'avance à Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Copé et... Étienne Mougeotte. Pourquoi ? « Ça lui fera plaisir », estime Sarkozy dans les enregistrements.

L'enquête de M se termine avec une mise en cause directe de M. Mougeotte, accusé d'avoir suivi à la lettre, dans son éditorial publié au lendemain de l'allocution en question, les consignes de l'équipe de Nicolas Sarkozy. Passé par Buisson, le message était : « On remplace les ministres parce qu'il y a une situation dans les pays du monde arabe extraordinairement troublée, on ne les remplace pas parce que, comme Michèle Alliot-Marie, ils ont été l'objet d'attaques de la part de la gauche. »

Et dès le lendemain, l'éditorial de Mougeotte est au rendez-vous sur toute la ligne. On retrouve le « nouveau et puissant flux d'immigration » qui « menace » l'Europe et annonce des « jours difficiles ». Pas de doute, « le message est bien passé », dénonce l'auteur de l'article.

Crédit photo : nicogenin via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux