Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mort d’Erik Izraelewicz : quand Télérama s’autocensure

1 décembre 2012

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Mort d’Erik Izraelewicz : quand Télérama s’autocensure

Mort d’Erik Izraelewicz : quand Télérama s’autocensure

Mardi soir, Télérama, qui appartient au groupe Le Monde, publiait un article sur la disparition d’Erik Izraelewicz, directeur du célèbre journal du soir, décédé le matin même suite à un malaise cardiaque.

L’article n’hésitait pas à porter un regard cri­tique sur le bilan du jour­nal­iste, mort subite­ment à l’âge de 58 ans. Des cri­tiques qui n’auront pas fait long feu. En effet, dès le lende­main matin, un cer­tain nom­bre de pas­sages avaient dis­parus. Ayant fait une copie du papi­er orig­i­nal, Rue89 a pub­lié les extraits en ques­tion :

« Effacé, Erik Izraelewicz a cepen­dant eu du mal, pen­dant ces presque deux ans, à s’imposer face à une rédac­tion qui lui recon­nais­sait ses qual­ités de jour­nal­iste, mais lui reprochait son manque d’autorité. Récem­ment encore, les prob­lèmes de man­age­ment avait été l’objet d’un com­mu­niqué interne. »

« Elle laisse aus­si une place vacante, qui ne pour­ra le rester longtemps. Une place aus­si con­voitée que com­plexe, à l’heure où la presse quo­ti­di­enne tra­verse une crise grave. »

Les affinités strauss-kah­ni­ennes d’Izraelewicz, dont la pre­mière ver­sion de l’article fai­sait état, ont égale­ment dis­paru suite à cette dis­crète mise à jour noc­turne. Inter­pel­lée, la rédac­tion de Téléra­ma a fourni l’explication suiv­ante : « La direc­tion de Téléra­ma a en effet décidé de couper une par­tie de l’article, con­sid­érant qu’il n’était pas oppor­tun d’établir ain­si à chaud un bilan de la direc­tion édi­to­ri­ale d’Erik Izraelewicz ».

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision