Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Mort d’Erik Izraelewicz : quand Télérama s’autocensure

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

1 décembre 2012

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mort d’Erik Izraelewicz : quand Télérama s’autocensure

Mort d’Erik Izraelewicz : quand Télérama s’autocensure

Temps de lecture : 2 minutes

Mardi soir, Télérama, qui appartient au groupe Le Monde, publiait un article sur la disparition d’Erik Izraelewicz, directeur du célèbre journal du soir, décédé le matin même suite à un malaise cardiaque.

L’article n’hésitait pas à porter un regard cri­tique sur le bilan du jour­nal­iste, mort subite­ment à l’âge de 58 ans. Des cri­tiques qui n’auront pas fait long feu. En effet, dès le lende­main matin, un cer­tain nom­bre de pas­sages avaient dis­parus. Ayant fait une copie du papi­er orig­i­nal, Rue89 a pub­lié les extraits en ques­tion :

« Effacé, Erik Izraelewicz a cepen­dant eu du mal, pen­dant ces presque deux ans, à s’imposer face à une rédac­tion qui lui recon­nais­sait ses qual­ités de jour­nal­iste, mais lui reprochait son manque d’autorité. Récem­ment encore, les prob­lèmes de man­age­ment avait été l’objet d’un com­mu­niqué interne. »

« Elle laisse aus­si une place vacante, qui ne pour­ra le rester longtemps. Une place aus­si con­voitée que com­plexe, à l’heure où la presse quo­ti­di­enne tra­verse une crise grave. »

Les affinités strauss-kah­ni­ennes d’Izraelewicz, dont la pre­mière ver­sion de l’article fai­sait état, ont égale­ment dis­paru suite à cette dis­crète mise à jour noc­turne. Inter­pel­lée, la rédac­tion de Téléra­ma a fourni l’explication suiv­ante : « La direc­tion de Téléra­ma a en effet décidé de couper une par­tie de l’article, con­sid­érant qu’il n’était pas oppor­tun d’établir ain­si à chaud un bilan de la direc­tion édi­to­ri­ale d’Erik Izraelewicz ».