Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mort de James Foley : ses confrères témoignent
Publié le 

22 août 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mort de James Foley : ses confrères témoignent

Mort de James Foley : ses confrères témoignent

Diffusée mardi dernier, la vidéo de l’exécution du journaliste James Foley par l’État islamique a provoqué un choc dans le monde politico-médiatique.

Retenu en otage depuis novem­bre 2012, date à laque­lle il avait été cap­turé en Syrie par un groupe dji­hadiste, ce pho­to­jour­nal­iste qui tra­vail­lait notam­ment pour le Glob­al­Post ain­si que pour l’AFP n’a pas lais­sé ses con­frères indif­férents tout au long de sa car­rière.

Son exé­cu­tion filmée a provo­qué des réac­tions hor­ri­fiées dans la pro­fes­sion. Aujour­d’hui, les témoins de sa vie préfèrent se sou­venir de l’homme qu’il fut. Un « beau gosse blond au vis­age anguleux tou­jours bar­ré d’un sourire, caméra légère à la main », se sou­vient Daph­né Benoît, jour­nal­iste à l’AFP. Cap­turé par les kad­hafistes en avril 2011, il avait été relâché mais était aus­sitôt revenu cou­vrir le con­flit. « Un soir je n’ai pas pu m’empêcher de lui con­fi­er mon éton­nement. Com­ment avoir envie de revenir ? Pudique, James m’a répon­du en souri­ant que c’était une évi­dence, qu’il lui fal­lait cou­vrir l’histoire jusqu’au bout. Ce n’était pas une tête brûlée. Juste un jour­nal­iste tenace. Il a bien fait : le 20 octo­bre 2011, James était par­mi les rares jour­nal­istes sur place lors de la cap­ture et l’exécution de Kad­hafi à Syrte », a ajouté Mme Benoît.

À son retour, il avait racon­té son expéri­ence aux étu­di­ants de son anci­enne école de jour­nal­isme. « Quand vous com­mencez à pren­dre des risques, que vous avez une alerte sérieuse, vous devez vrai­ment vous pos­er des ques­tions. Cela ne vaut pas votre vie », avait-il alors estimé. Inter­rogé sur les raisons qui le pous­saient à se ren­dre dans des zones si dan­gereuses, il avait répon­du : « Il y a une human­ité incroy­able en ces endroits. »

« Avec sa petite caméra dis­crète, son casque et son gilet pare-balles, James Foley était capa­ble de se gliss­er sur les lignes de front, où il croi­sait sou­vent des civils fuyant dans l’autre sens, il s’abritait par­fois avec eux au milieu des bom­barde­ments », a témoigné Dji­lali Belaid, coor­di­na­teur vidéo pour l’AFP au Moyen-Ori­ent. Et d’a­jouter : « Ses images par­laient sou­vent d’elles-mêmes, mais ses emails accom­pa­g­nant ses vidéos men­tion­naient tou­jours les noms des per­son­nes inter­rogées, et même les noms des per­son­nes mortes qu’il avait filmées après des bom­barde­ments. Pour lui il n’y avait pas de vic­times anonymes. »

Côté cap­tiv­ité, les ex-otages Didi­er François et Nico­las Hénin ont révélé le lende­main de l’an­nonce de son exé­cu­tion avoir été détenu en Syrie aux côtés du reporter. Pour Didi­er François, « c’é­tait un garçon extra­or­di­naire (…) un com­pagnon de déten­tion extrême­ment agréable, très solide ». C’é­tait aus­si « quelqu’un qui ne s’est jamais totale­ment soumis aux ravis­seurs. Il a été extrême­ment col­lec­tif durant toute la déten­tion, en deman­dant notam­ment de la nour­ri­t­ure pour tout le monde ».

Pour­tant, selon Nico­las Hénin, autre cama­rade de déten­tion, Foley était, en tant qu’Améri­cain, l’o­tage le « plus mal­traité » de la bande. « Il est devenu le souf­fre-douleur des geôliers. Il s’en pre­nait plein la gueule mais il restait impas­si­ble », a‑t-il témoigné. Mais mal­gré ce statut dif­fi­cile, « c’est un garçon d’une très grande bravoure (…) qui n’a pas eu de chance », a‑t-il con­fié.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision