Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Migration journalistique, de BFMTV à la mairie de Paris

5 décembre 2022

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Migration journalistique, de BFMTV à la mairie de Paris

Migration journalistique, de BFMTV à la mairie de Paris

5 décembre 2022

Temps de lecture : < 1 minute

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €, un don de 100 € revient à 34 €.

Nous n’allons pas gloser sur les liens incestueux, quasi inévitables, entre journalisme et communication politique voire entre journalistes et hommes et femmes politiques. Nihil novi sub sole, rien de nouveau sur le soleil. Mais certains reclassements étonnent les esprits les plus blasés.

Couvre ma campagne, tu me rejoindras plus tard, mon bébé

C’est un dia­logue fic­tif (pure inven­tion mali­cieuse de notre part) qui aurait pu se dérouler entre Anne Hidal­go ci-devante maire de Paris et BB, alias Barthélémy Bolo, ancien (2016/2020) jour­nal­iste à BFM. Le même BB avait cou­vert pour BFMTV la cam­pagne munic­i­pale vic­to­rieuse d’Anne Hidal­go en 2020… avant de rejoin­dre le cab­i­net du maire PS de Paris en jan­vi­er 2023 comme con­seiller com­mu­ni­ca­tion et presse.

Nous n’avons ni le temps ni le goût de revenir sur le traite­ment de la cam­pagne élec­torale d’Anne Hidal­go sur BFM lors de sa réélec­tion vic­to­rieuse de 2020, mais notre petit doigt nous dit qu’il devait y avoir plus de vio­lons que de pétards….

PS : Barthélémy Bolo avait été l’auteur mal­heureux d’une infox involon­taire en novem­bre 2018 après une man­i­fes­ta­tion des gilets jaunes sur les Champs-Élysées à Paris. Il avait désigné à tort un chantier en cours et dépavé comme une zone de dégra­da­tion faite par les gilets jaunes, à la grande fureur de ces derniers qui ne l’avaient pas épargné.

Voir aus­si : Michel Wiev­ior­ka sur Canal+ : les gilets jaunes bran­dis­sent un A entouré d’un cer­cle, ils sont bien d’extrême droite

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés