Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Migrants, réfugiés, clandestins, envahisseurs : la guerre des mots

7 septembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Migrants, réfugiés, clandestins, envahisseurs : la guerre des mots

Migrants, réfugiés, clandestins, envahisseurs : la guerre des mots

Devant l’ampleur de la crise migratoire, devant les files de centaines de milliers de candidats à l’immigration quel vocable adopter ? L’analyse d’un éditorial de Jean Quatremer, correspondant à Bruxelles de Libération, dans l’édition papier des 5 et 6 septembre cerne quelques enjeux d’un vocable qui dépasse les querelles sémantiques.

L’article sem­ble ouvrir le débat. Mais le titre le referme de suite : « Ne dites plus migrant ». Il manque le point d’exclamation mais le mode impératif et per­for­matif est de mise. Pour com­mencer Qua­tremer éreinte ses con­frères français (il oublie Le Monde) qui « ont été les seuls en Europe à ne pas pub­li­er en une la pho­to d’Aylan ce petit garçon syrien noyé ». Ce manque de (bonne) con­science réside dans le mal français : « La crise human­i­taire actuelle est traitée comme une aggra­va­tion… d’une vague migra­toire, qui depuis des années vient s’échouer sur les côtes européennes … ». Le mot migrant ren­voie lui-même à « immi­grant » con­noté néga­tive­ment en France, « un cache-sexe séman­tique qui per­met de  nier la spé­ci­ficité du drame humain qui se joue à nos fron­tières ». Dia­ble ! Quelles fron­tières ? Celles de l’Eldorado fan­tas­mé européen ou celles de tous les con­flits de tous les pays. Les fron­tières de l’Europe iraient jusqu’à l’Irak, la Syrie, voire l’Erythrée ou la Soma­lie ? Il est vrai que l’Union Européenne ne con­sid­ère pas l’Europe comme un ensem­ble his­torique, géo­graphique et cul­turel mais comme un agglomérat rassem­blé par « les droits humains » et que les fron­tières morales ont l’avantage de pou­voir se pass­er plus facile­ment, pre­mière étape en atten­dant la sup­pres­sion des fron­tières physiques si mal­v­enues.

Allons plus loin dans l’article « Par­ler de migrants, c’est nier leurs souf­frances, c’est inter­dire aux citoyens de penser le drame qui se joue, c’est anesthési­er l’opinion publique… » . Les argu­ments com­pas­sion­nels peu­vent se retourn­er comme un gant : par­ler de « réfugiés » c’est inter­dire aux citoyens de penser les con­séquences à court, long et moyen terme de ce pre­mier mou­ve­ment mas­sif de pop­u­la­tion, c’est anesthési­er l’opinion publique sur la réal­ité des koso­vars, albanais, indi­ens, sri-lankais, pak­istanais qui ne vien­nent pas de zones de guerre. C’est priv­ilégi­er l’émotion – le cadavre du petit garçon – pour nier toute réflex­ion sur les respon­s­ables véri­ta­bles des noy­ades, c’est oubli­er le rôle de la France dans le chaos libyen, celui des États-Unis dans le chaos irakien, celui des islamistes dans le chaos syrien, celui de tous ceux qui encour­a­gent les passeurs en souhai­tant la fin de tout con­trôle.

Le meilleur de l’éditorial est pour la fin : la reduc­tio ad Lep­en­em. Employ­er le mot de « réfugié… c’est refuser cette lep­éni­sa­tion ram­pante des esprits ». Alors que les « “migrants” ne peu­vent qu’être ren­voyés vers la mis­ère des camps de tran­sit ou vers la mort ». Si vous par­lez de migrant vous êtes coupable de la mis­ère et de la mort de ceux qui veu­lent s’installer chez vous. Tous coupables sauf les Alle­mands qui en rede­man­dent, mais pour com­bi­en de temps ?

Crédit pho­to : Inter­na­tion­al Fed­er­a­tion of Red Cross and Red Cres­cent Soci­eties via Flickr

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.