Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mépris, mensonge, truquage… ou le journalisme français vu par une sud-coréenne

24 mars 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Mépris, mensonge, truquage… ou le journalisme français vu par une sud-coréenne

Mépris, mensonge, truquage… ou le journalisme français vu par une sud-coréenne

Déjà fort décriées en France, les méthodes du journalisme français n’ont pas non plus une image très glorieuse à l’étranger.

En témoigne Mina Lee (pseu­do­nyme), une étu­di­ante sud-coréenne qui a tra­vail­lé en tant que « fixeuse » pour une chaîne de télévi­sion française. Une expéri­ence qu’elle n’oubliera pas, dans le mau­vais sens du terme… Sur Rue89, elle racon­tait il y a quelques semaines sa désagréable col­lab­o­ra­tion avec ces pros qui ne con­nais­sent rien à leur sujet, hurlent sans arrêt, pré­ten­dent être les « meilleurs » et se moquent de la réal­ité au prof­it d’un scé­nario pré­conçu dic­té par la pro­duc­tion.

Récem­ment, Mina Lee a fait la « fixeuse » pour une chaîne de télévi­sion, qu’elle ne nomme pas, pour un reportage « très orig­i­nal » sur le thème : « Corée du Sud, la Mecque de la chirurgie esthé­tique. » Pour cela, elle a dû s’adapter aux méth­odes des jour­nal­istes français : mépris­er, trich­er, men­tir ; le tout en râlant comme il se doit. Certes, ces méth­odes sont large­ment répan­dues dans les autres pays mais, selon cette jeune jour­nal­iste, jamais avec une telle inten­sité. « Le com­porte­ment de cette équipe de reportage a dépassé tout ce que je pou­vais imag­in­er », explique-t-elle avant d’ajouter : « C’était une expéri­ence pré­cieuse pour ma vie pro­fes­sion­nelle, qui m’a con­va­in­cue de ne jamais devenir jour­nal­iste française. »

L’expérience

« Allez, tourne vite : il y a pas mal de mon­stres qui sor­tent », chu­chote un jour­nal­iste à son cam­era­man à la sor­tie d’une clin­ique de chirurgie esthé­tique. Ce genre de dis­cours, racon­te Mina Lee, est loin d’être une excep­tion. Durant tout le tour­nage, le jour­nal­iste français, « jamais con­tent de rien », n’avait de cesse de se plain­dre et de mépris­er totale­ment le sujet mais aus­si les indi­vidus qui le com­po­saient. « Nous ne nous sommes pas don­né la peine de venir de Paris jusqu’ici pour tourn­er cette merde ! », s’exclamait-il régulière­ment.

Pour­tant, il ne con­nais­sait rien du sujet qu’il avait entre­pris d’expliquer au pub­lic. « Il n’avait pas pré­paré son tour­nage. Il ne con­nais­sait rien à ce pays où il avait cinq jours pour faire un reportage sen­sa­tion­nel d’une ving­taine de min­utes. Il n’avait même pas lu les notes sur le sujet faites par la sta­giaire à Paris, qui pré­parait le sujet. »

Mais ce n’est pas tout. Notre jeune sta­giaire n’est pas au bout de ses sur­pris­es : « Selon eux, pour devenir bon jour­nal­iste, il faut être très fort en men­songe. » Un mod­èle du genre pour les appren­tis jour­nal­istes… « J’ai vite appris à ne plus pos­er trop de ques­tions. A accepter le mépris, le men­songe, ou le trucage. Car à chaque moment, il fal­lait tru­quer la réal­ité pour la faire ren­tr­er dans leur scé­nario », racon­te la sud-coréenne atter­rée.

Et de rap­porter le mépris affiché par les jour­nal­istes pour les per­son­nes filmées. En guise d’exemple, Mina Lee nous par­le d’une jeune Coréenne en passe de se faire opér­er à qui les jour­nal­istes impose leur scé­nario. Celle-ci a dû annon­cer, à la caméra, son opéra­tion à des incon­nus placés à sa table que le reportage fera pass­er pour ses « amis ». Elle a égale­ment été con­trainte d’allumer une télé qu’elle ne regar­dait jamais pour dire, après les insis­tances des jour­nal­istes : « Regardez, toutes les stars coréennes sont toutes refaites. Et moi, je veux devenir comme elles. » Des exem­ples par­mi tant d’autres…

« Mais elle est com­plète­ment conne, elle ne sait pas finir une seule phrase », se plaig­nent par­fois les jour­nal­istes, en français, pour ne pas être com­pris. Des méth­odes qui per­me­t­tent à l’un d’eux d’affirmer : « Nous sommes les meilleurs ! C’est pour ça qu’on vous demande de faire autrement » De ces « meilleurs », Mina Lee gardera un triste sou­venir.

« Voilà com­ment cer­taines émis­sions que vous voyez le soir à la télé se pro­duisent. Ça fait tout juste un an que j’ai com­mencé à tra­vailler avec des jour­nal­istes français. Et ce dernier pro­jet (pour lequel j’attends tou­jours mon salaire…) a tiré la son­nette d’alarme dans ma tête. Je ne suis pas faite pour ce genre de “per­for­mance”, avec les “meilleurs” », explique-t-elle, dépitée.

Et de con­clure, réal­iste : « Mon témoignage est peut-être sévère, mais je crois être sévère d’abord avec moi-même, car j’étais très mal à l’aise pen­dant ce tour­nage. »

Cocori­co…

Crédit pho­to : aien­aza­hi­radaim via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.