Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mépris, mensonge, truquage… ou le journalisme français vu par une sud-coréenne

24 mars 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Mépris, mensonge, truquage… ou le journalisme français vu par une sud-coréenne

Mépris, mensonge, truquage… ou le journalisme français vu par une sud-coréenne

Déjà fort décriées en France, les méthodes du journalisme français n’ont pas non plus une image très glorieuse à l’étranger.

En témoigne Mina Lee (pseu­do­nyme), une étu­di­ante sud-coréenne qui a tra­vail­lé en tant que « fixeuse » pour une chaîne de télévi­sion française. Une expéri­ence qu’elle n’oubliera pas, dans le mau­vais sens du terme… Sur Rue89, elle racon­tait il y a quelques semaines sa désagréable col­lab­o­ra­tion avec ces pros qui ne con­nais­sent rien à leur sujet, hurlent sans arrêt, pré­ten­dent être les « meilleurs » et se moquent de la réal­ité au prof­it d’un scé­nario pré­conçu dic­té par la pro­duc­tion.

Récem­ment, Mina Lee a fait la « fixeuse » pour une chaîne de télévi­sion, qu’elle ne nomme pas, pour un reportage « très orig­i­nal » sur le thème : « Corée du Sud, la Mecque de la chirurgie esthé­tique. » Pour cela, elle a dû s’adapter aux méth­odes des jour­nal­istes français : mépris­er, trich­er, men­tir ; le tout en râlant comme il se doit. Certes, ces méth­odes sont large­ment répan­dues dans les autres pays mais, selon cette jeune jour­nal­iste, jamais avec une telle inten­sité. « Le com­porte­ment de cette équipe de reportage a dépassé tout ce que je pou­vais imag­in­er », explique-t-elle avant d’ajouter : « C’était une expéri­ence pré­cieuse pour ma vie pro­fes­sion­nelle, qui m’a con­va­in­cue de ne jamais devenir jour­nal­iste française. »

L’expérience

« Allez, tourne vite : il y a pas mal de mon­stres qui sor­tent », chu­chote un jour­nal­iste à son cam­era­man à la sor­tie d’une clin­ique de chirurgie esthé­tique. Ce genre de dis­cours, racon­te Mina Lee, est loin d’être une excep­tion. Durant tout le tour­nage, le jour­nal­iste français, « jamais con­tent de rien », n’avait de cesse de se plain­dre et de mépris­er totale­ment le sujet mais aus­si les indi­vidus qui le com­po­saient. « Nous ne nous sommes pas don­né la peine de venir de Paris jusqu’ici pour tourn­er cette merde ! », s’exclamait-il régulière­ment.

Pour­tant, il ne con­nais­sait rien du sujet qu’il avait entre­pris d’expliquer au pub­lic. « Il n’avait pas pré­paré son tour­nage. Il ne con­nais­sait rien à ce pays où il avait cinq jours pour faire un reportage sen­sa­tion­nel d’une ving­taine de min­utes. Il n’avait même pas lu les notes sur le sujet faites par la sta­giaire à Paris, qui pré­parait le sujet. »

Mais ce n’est pas tout. Notre jeune sta­giaire n’est pas au bout de ses sur­pris­es : « Selon eux, pour devenir bon jour­nal­iste, il faut être très fort en men­songe. » Un mod­èle du genre pour les appren­tis jour­nal­istes… « J’ai vite appris à ne plus pos­er trop de ques­tions. A accepter le mépris, le men­songe, ou le trucage. Car à chaque moment, il fal­lait tru­quer la réal­ité pour la faire ren­tr­er dans leur scé­nario », racon­te la sud-coréenne atter­rée.

Et de rap­porter le mépris affiché par les jour­nal­istes pour les per­son­nes filmées. En guise d’exemple, Mina Lee nous par­le d’une jeune Coréenne en passe de se faire opér­er à qui les jour­nal­istes impose leur scé­nario. Celle-ci a dû annon­cer, à la caméra, son opéra­tion à des incon­nus placés à sa table que le reportage fera pass­er pour ses « amis ». Elle a égale­ment été con­trainte d’allumer une télé qu’elle ne regar­dait jamais pour dire, après les insis­tances des jour­nal­istes : « Regardez, toutes les stars coréennes sont toutes refaites. Et moi, je veux devenir comme elles. » Des exem­ples par­mi tant d’autres…

« Mais elle est com­plète­ment conne, elle ne sait pas finir une seule phrase », se plaig­nent par­fois les jour­nal­istes, en français, pour ne pas être com­pris. Des méth­odes qui per­me­t­tent à l’un d’eux d’affirmer : « Nous sommes les meilleurs ! C’est pour ça qu’on vous demande de faire autrement » De ces « meilleurs », Mina Lee gardera un triste sou­venir.

« Voilà com­ment cer­taines émis­sions que vous voyez le soir à la télé se pro­duisent. Ça fait tout juste un an que j’ai com­mencé à tra­vailler avec des jour­nal­istes français. Et ce dernier pro­jet (pour lequel j’attends tou­jours mon salaire…) a tiré la son­nette d’alarme dans ma tête. Je ne suis pas faite pour ce genre de “per­for­mance”, avec les “meilleurs” », explique-t-elle, dépitée.

Et de con­clure, réal­iste : « Mon témoignage est peut-être sévère, mais je crois être sévère d’abord avec moi-même, car j’étais très mal à l’aise pen­dant ce tour­nage. »

Cocori­co…

Crédit pho­to : aien­aza­hi­radaim via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.