Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mathieu Gallet, la jeunesse à la tête de Radio France
Publié le 

1 mars 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mathieu Gallet, la jeunesse à la tête de Radio France

Mathieu Gallet, la jeunesse à la tête de Radio France

Alors qu’il n’était pas du tout pressenti, Mathieu Gallet a été nommé par les neuf membres du CSA ce jeudi 27 février à la tête de Radio France.

Actuel PDG de l’Institut nation­al de l’audiovisuel (INA), ce jeune dynamique de 37 ans à qui tout sem­ble sourire a été préféré, à l’unanimité et dès le pre­mier tour, aux cinq autres can­di­dats que sont Anne Durup­ty, direc­trice générale d’Arte France, Mar­tin Ajdari, secré­taire général de France Télévi­sions, Anne Brucy, ex-direc­trice de France Bleu, Philippe Gault, prési­dent du Sir­ti, et enfin Jean-Luc Hees, le prési­dent sor­tant. Un vote unanime au point qu’avant même qu’il ait lieu, un con­sen­sus s’était dégagé sur son nom, a‑t-on appris jeu­di de la part de Chris­tine Kel­ly, l’une des Sages.

Le CSA, qui a depuis novem­bre 2013 retrou­vé le pou­voir de nom­mer les prési­dents de l’audiovisuel pub­lic, a été séduit par son pro­jet « auda­cieux » et « dynamique ». Celui-ci pro­pose un pro­jet numérique clair (qu’il a déjà réus­si à appli­quer à l’INA) et des mesures effi­caces pour vis­er la jeunesse et dévelop­per l’audience. « Les mar­ques que sont les chaînes mais aus­si les émis­sions devront être ren­for­cées », explique M. Gal­let. Et con­cer­nant France Info, « le direct devra être la règle ». Mais par-dessus tout, avec ce jeune tal­ent de 37 ans, le Con­seil a fait « le choix de la jeunesse », selon les mots d’Olivier Schrameck, son prési­dent.

Qui est Math­ieu Gal­let ?

Diplômé de l’Institut d’études poli­tiques de Bor­deaux en 1999, Math­ieu Gal­let est passé par Canal+ et Pathé avant d’abandonner le privé pour entr­er en poli­tique. Il a tout d’abord rejoint les cab­i­nets de François Loss, puis de Chris­tine Albanel et de Frédéric Mit­ter­rand au min­istère de la Cul­ture, où il a cou­vert le pro­jet de sup­pres­sion de la pub­lic­ité sur le ser­vice pub­lic.

En 2010, il est nom­mé PDG de l’Insti­tut nation­al des archives (INA) par Nico­las Sarkozy. Une nom­i­na­tion qui a fait grin­cer des dents et que l’on a alors jugée con­flictuelle. Le jeune cadre dis­sipera bien vite toutes les ten­sions par son volon­tarisme et son effi­cac­ité. Rapi­de­ment, il achève la numéri­sa­tion des con­tenus de l’INA avec déter­mi­na­tion et déploie même la mar­que à l’international.

À Radio France, il aura la lourde tâche d’assurer la tran­si­tion numérique des sta­tions et de dynamiser leur audi­ence en les tour­nant d’avantage vers la jeunesse. Il devra aus­si rené­goci­er le Con­trat d’ob­jec­tif et de moyens de la radio publique et abor­der avec les syn­di­cats la négo­ci­a­tion de la con­ven­tion col­lec­tive, entamée en 2009 et tou­jours pas aboutie. Enfin, il aura à cœur de faire ses preuves, comme à l’INA, dans un domaine qui n’est pas le sien, la radio.

Olivi­er Schrameck, prési­dent du CSA, l’avait annon­cé le 31 jan­vi­er dernier sur Europe 1 : con­cer­nant la nom­i­na­tion du patron des radios publiques, « il n’y aura non seule­ment aucune con­signe, mais pas la moin­dre sug­ges­tion du pou­voir poli­tique, et je vous accorde que c’est peut-être la pre­mière fois. » Et selon le mag­a­zine cul­turel Téléra­ma, le choix de Math­ieu Gal­let, « plutôt mar­qué à droite, lève tout soupçon de main­mise poli­tique ».

Crédit pho­to : Bartek Warzecha via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Emmanuel Goldstein

PORTRAIT — Il n’est ni jour­nal­iste, ni directeur de jour­nal, ni même mag­nat de la presse et pour­tant il exerce une influ­ence con­sid­érable sur les médias, directe et indi­recte. Por­trait d’un homme de réseau.

Audrey Crespo-Mara

PORTRAIT — Aupar­a­vant jour­nal­iste de sec­onde main, Audrey Cre­spo-Mara est dev­enue pro­gres­sive­ment, par la force des choses, une « femme de », celle de Thier­ry Ardis­son, avant de touch­er le grand pub­lic en devenant le jok­er de Claire Chaz­al aux jour­naux du week-end sur TF1.

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision