Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mathieu Gallet, la jeunesse à la tête de Radio France

1 mars 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mathieu Gallet, la jeunesse à la tête de Radio France

Mathieu Gallet, la jeunesse à la tête de Radio France

1 mars 2014

Temps de lecture : 2 minutes

Alors qu’il n’était pas du tout pressenti, Mathieu Gallet a été nommé par les neuf membres du CSA ce jeudi 27 février à la tête de Radio France.

Actuel PDG de l’Institut nation­al de l’audiovisuel (INA), ce jeune dynamique de 37 ans à qui tout sem­ble sourire a été préféré, à l’unanimité et dès le pre­mier tour, aux cinq autres can­di­dats que sont Anne Durup­ty, direc­trice générale d’Arte France, Mar­tin Ajdari, secré­taire général de France Télévi­sions, Anne Brucy, ex-direc­trice de France Bleu, Philippe Gault, prési­dent du Sir­ti, et enfin Jean-Luc Hees, le prési­dent sor­tant. Un vote unanime au point qu’avant même qu’il ait lieu, un con­sen­sus s’était dégagé sur son nom, a‑t-on appris jeu­di de la part de Chris­tine Kel­ly, l’une des Sages.

Le CSA, qui a depuis novem­bre 2013 retrou­vé le pou­voir de nom­mer les prési­dents de l’audiovisuel pub­lic, a été séduit par son pro­jet « auda­cieux » et « dynamique ». Celui-ci pro­pose un pro­jet numérique clair (qu’il a déjà réus­si à appli­quer à l’INA) et des mesures effi­caces pour vis­er la jeunesse et dévelop­per l’audience. « Les mar­ques que sont les chaînes mais aus­si les émis­sions devront être ren­for­cées », explique M. Gal­let. Et con­cer­nant France Info, « le direct devra être la règle ». Mais par-dessus tout, avec ce jeune tal­ent de 37 ans, le Con­seil a fait « le choix de la jeunesse », selon les mots d’Olivier Schrameck, son président.

Qui est Math­ieu Gallet ?

Diplômé de l’Institut d’études poli­tiques de Bor­deaux en 1999, Math­ieu Gal­let est passé par Canal+ et Pathé avant d’abandonner le privé pour entr­er en poli­tique. Il a tout d’abord rejoint les cab­i­nets de François Loss, puis de Chris­tine Albanel et de Frédéric Mit­ter­rand au min­istère de la Cul­ture, où il a cou­vert le pro­jet de sup­pres­sion de la pub­lic­ité sur le ser­vice public.

En 2010, il est nom­mé PDG de l’Insti­tut nation­al des archives (INA) par Nico­las Sarkozy. Une nom­i­na­tion qui a fait grin­cer des dents et que l’on a alors jugée con­flictuelle. Le jeune cadre dis­sipera bien vite toutes les ten­sions par son volon­tarisme et son effi­cac­ité. Rapi­de­ment, il achève la numéri­sa­tion des con­tenus de l’INA avec déter­mi­na­tion et déploie même la mar­que à l’international.

À Radio France, il aura la lourde tâche d’assurer la tran­si­tion numérique des sta­tions et de dynamiser leur audi­ence en les tour­nant d’avantage vers la jeunesse. Il devra aus­si rené­goci­er le Con­trat d’ob­jec­tif et de moyens de la radio publique et abor­der avec les syn­di­cats la négo­ci­a­tion de la con­ven­tion col­lec­tive, entamée en 2009 et tou­jours pas aboutie. Enfin, il aura à cœur de faire ses preuves, comme à l’INA, dans un domaine qui n’est pas le sien, la radio.

Olivi­er Schrameck, prési­dent du CSA, l’avait annon­cé le 31 jan­vi­er dernier sur Europe 1 : con­cer­nant la nom­i­na­tion du patron des radios publiques, « il n’y aura non seule­ment aucune con­signe, mais pas la moin­dre sug­ges­tion du pou­voir poli­tique, et je vous accorde que c’est peut-être la pre­mière fois. » Et selon le mag­a­zine cul­turel Téléra­ma, le choix de Math­ieu Gal­let, « plutôt mar­qué à droite, lève tout soupçon de main­mise poli­tique ».

Crédit pho­to : Bartek Warzecha via Flickr (cc)

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés