Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Martin Ajdari au cœur d’un conflit d’intérêt à la DGMIC ?

1 juin 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Martin Ajdari au cœur d’un conflit d’intérêt à la DGMIC ?

Martin Ajdari au cœur d’un conflit d’intérêt à la DGMIC ?

L’ancien directeur de cabinet d’Aurélie Filippetti (de mai à novembre 2014) a intégré par la grâce du gouvernement le corps prestigieux de l’inspection des Finances et a été nommé directeur de la direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC), rattachée au ministère de la Culture. Un poste qui risque de le placer dans une situation de conflit d’intérêt.

En effet, il sera notam­ment amené, affirme Le Canard Enchaîné (27/05) à appréci­er le bilan budgé­taire des cinq dernières années de Rémy Pflim­lin à France Télévi­sions. Petit prob­lème : de 2010 à 2014, Ajdari était secré­taire général du groupe, c’est à dire en charge des finances. Dans ces con­di­tions, il lui sera dif­fi­cile de juger… sans se déjuger.

Mar­tin Ajdari a déjà été l’ob­jet d’une polémique lorsqu’il a été nom­mé directeur de cab­i­net d’Au­rélie Fil­ip­pet­ti. Il était alors “témoin assisté” dans la branche du scan­dale Byg­malion liée à France Télévi­sions. Statut plus incom­mode que celui de sim­ple témoin, puisqu’il vise, selon l’ar­ti­cle 105 du code de procé­dure pénale, “les per­son­nes à l’en­con­tre desquelles il existe des indices graves et con­cor­dants d’avoir par­ticipé aux faits dont le juge d’in­struc­tion est saisi”. Ce statut à mi-chemin entre témoin et mis en exa­m­en per­met d’être assisté par un avo­cat qui aura accès au dossier. De source syn­di­cale, Mar­tin Ajdari est tou­jours “témoin assisté” dans cet épineux dossier Byg­malion qui fleure bon le scan­dale d’État.

Pho­to : cap­ture d’écran vidéo, crédit Le Figaro / Le Buzz Média (2013)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).