Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Marion Maréchal lance son centre de recherche, le CAP

16 décembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Marion Maréchal lance son centre de recherche, le CAP

Marion Maréchal lance son centre de recherche, le CAP

Mardi 8 décembre 2020, Marion Maréchal a lancé officiellement un nouveau centre de recherche, baptisé Centre d’Analyse et de Prospective (CAP). Ce pôle, extension et développement du pôle « formation » de l’Institut de Sciences Sociales, Économiques et Politiques (ISSEP) de Lyon, a pour objectif de publier des articles, études et dossiers sur les sujets d’actualité mais aussi sur les grands enjeux de la société.

Le CAP édit­era des pub­li­ca­tions (régulières et à la com­mande) en y appor­tant sa valeur ajoutée : pro­duire non seule­ment des analy­ses et mais aus­si des solu­tions con­crètes et opéra­tionnelles. La pre­mière pub­li­ca­tion, sor­tie en juil­let dernier, « Les leçons d’avenir du Covid-19 », décrypte les enseigne­ments de cette crise sanitaire.

Amnésie historique

« L’ISSEP prend part au com­bat édu­catif, c’est un petit îlot de résis­tance cul­turelle (…) Les Français souf­frent d’amnésie his­torique, dans les années à venir, ils se tourneront vers ces petits îlots de résis­tance. » Tels sont les mots de Mar­i­on Maréchal, direc­trice générale de l’ISSEP, lors d’un entre­tien avec Les Éveilleurs le 12 sep­tem­bre 2020. L’ISSEP veut pro­pos­er une for­ma­tion com­prenant aus­si bien les matières étudiées en école de com­merce que celles enseignées à Sci­ences Po et a signé des parte­nar­i­ats avec des uni­ver­sités à l’étranger, en Russie et au Liban. À la ren­trée de sep­tem­bre, l’ISSEP a égale­ment ouvert une école à Madrid.

Depuis sa créa­tion, l’Institut veut être un foy­er de réflex­ion, notam­ment grâce aux con­férences d’intervenants extérieurs ani­mées par Mar­i­on Maréchal. Dif­férentes per­son­nal­ités se sont ren­dues à Lyon à ces occa­sions : Jean Sévil­lia, Lau­rent Izard, Édouard Hus­son, Éric Zem­mour ou encore Régis de Castel­nau. L’école lyon­naise dont la devise est « Choisir de diriger ! » s’est fixée comme mis­sion de trans­met­tre en pri­or­ité qua­tre valeurs à ses étu­di­ants : enracin­e­ment, engage­ment, éthique et excellence

Culture générale et école du commandement

« La cul­ture générale, c’est la véri­ta­ble école du com­man­de­ment » dis­ait le Général de Gaulle. Mar­i­on Maréchal a cité cette phrase à ses étu­di­ants à la ren­trée d’octobre 2020. Pour la direc­trice de l’ISSEP, l’enseignement des human­ités est indis­pens­able à la for­ma­tion des dirigeants de demain. L’ISSEP espère devenir un car­refour des idées et des valeurs d’une école de pen­sée qui ne se con­tente pas de regarder le passé avec nos­tal­gie mais qui analyse le présent pour agir dans le futur. Pré­par­er les dirigeants et cadres de demain dans le privé comme dans le pub­lic, réfléchir aux dérives actuelles en poli­tique, philoso­phie, économie, sci­ences et pro­pos­er des solu­tions : telles se veu­lent les mis­sions de cet Insti­tut et du CAP.

Un cap pour le CAP

Lab­o­ra­toire d’idées et de solu­tions, la créa­tion du CAP de l’ISSEP inter­vient trois ans après la créa­tion de l’école et deux ans après l’accueil des pre­miers étu­di­ants. Le pre­mier opus­cule traite du « monde d’après », que ce soit dans les domaines poli­tique, économique, écologique et social. « L’ancien monde se meurt lente­ment et résiste alors que le nou­veau bal­bu­tie et peine à émerg­er. Nous vivons cette époque de tran­si­tion, ce sas, non pas de décom­pres­sion mais, au con­traire, de com­pres­sion où s’accumulent toutes les ten­sions sociales, iden­ti­taires, géopoli­tiques, économiques, jusqu’à l’ébullition ».

Le CAP, compte pal­li­er l’absence de for­ma­tion, d’analyse et de vision de la droite française. Le pre­mier numéro du CAP (200 pages) déjà en vente sur inter­net, pro­pose entre autres des arti­cles de Patrick Louis, pro­fesseur en économie et géopoli­tique, Pierre-Emmanuel Thomann, géo-poli­to­logue spé­cial­iste de l’Union Européenne ou encore Claude Rochet, écon­o­miste et haut fonc­tion­naire français. Cer­tains con­tribu­teurs du CAP sont mem­bres du con­seil sci­en­tifique de l’école, d’autres experts et pro­fesseurs vien­nent d’autres hori­zons. Le con­seil sci­en­tifique se com­pose de pro­fesseurs agrégés, d’entrepreneurs et de journalistes.

Derniers portraits ajoutés

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.