Accueil | Actualités | Médias | Marine Le Pen et le Kremlin : le complotisme autorisé de L’Obs
Pub­lié le 20 juillet 2017 | Éti­quettes : ,

Marine Le Pen et le Kremlin : le complotisme autorisé de L’Obs

[Rediffusions estivales 2017 – article publié initialement le 25/04/2017]

À peine la campagne de l'entre-deux-tours est-elle lancée que L'Obs y voit déjà la main invisible du Kremlin pour faire triompher Marine Le Pen.

Dans un article du 24 avril 2017, le journaliste Vincent Jauvert nous explique que la Russie ne va « probablement pas (...) laisser perdre Marine Le Pen sans intervenir ». En effet, l'élection d'Emmanuel Macron serait, nous dit L'Obs, une « grave défaite pour Poutine ». Certes, Macron étant sans aucun doute le candidat le moins russophile des quatre principaux prétendants, ce raisonnement se tient. Mais juste après, on peut lire que « tout porte à croire que les services de propagande du Kremlin vont intervenir, ouvertement et secrètement, en faveur de Marine Le Pen ».

Pour preuve ? Les institutions russes « soutiennent ouvertement Marine Le Pen, que le chef du Kremlin a reçue juste avant le premier tour ». Aussi, « la couverture du premier tour par les organes de propagande russes » ne laisserait que peu de place au doute, les sites Sputnik et RT France ayant « tenté d’accréditer l’idée que le scrutin était, peut-être, truqué ».

Ainsi, certainement sur ordre direct du Kremlin, les médias russes vont inonder internet de « fake news », comme ils l'auraient fait, nous dit l'auteur, pour l'élection américaine (information démentie par la Russie). En effet, « vue l’importance de la France et Marine Le Pen dans la stratégie européenne du Kremlin, on a du mal à imaginer le contraire ».

C'est donc sans aucune preuve concrète que L'Obs annonce que la Russie va « probablement » intervenir « ouvertement et secrètement » dans l'élection française pour favoriser Marine Le Pen. Un grand moment de journalisme (et de complotisme autorisé) auquel il va falloir s'habituer pour cet entre-deux-tours qui ne sera pas sans rappeler celui de 2002...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux