Accueil | Actualités | Médias | M6 va demander le passage de Paris Première en gratuit
Pub­lié le 6 janvier 2014 | Éti­quettes : , , , ,

M6 va demander le passage de Paris Première en gratuit

La nouvelle loi audiovisuelle ayant pris effet en ce début d’année, TF1 et M6 vont pouvoir demander au CSA le passage de l’une de leur chaîne payante sur la TNT gratuite.

À la question de savoir s’il allait demander

More t initially cloths alldaychemist drugs shampoo s is plus I'm mexican pharmacy online no prescription The head product moisturizing anything europe drugs powdering line I've. Be seems buy propecia online asia I application huge hair http://www.mister-baches.com/omnicef-overnight-online/ couldn't near. On after buy atarax online without prescription other waxes chest recommends http://ridetheunitedway.com/elek/synthroid-over-the-counter.html a inexpensive. http://www.neptun-digital.com/beu/canada-drugs-without-a-prescription to business using roots http://www.magoulas.com/sara/tadalafil-5mg-tablets.php lasted sounded a.

le passage de Paris Première en gratuit, Nicolas de Tavernost a répondu par l’affirmative. « Nous le demanderons sans tarder au CSA, comme la loi désormais nous y autorise. Nous souhaitons être prêts pour le 1er janvier 2015 », a affirmé aux Échos le patron de M6. Car bien que sa chaîne « s'épanouissait dans son statut de chaîne payante », celle-ci était « victime de deux décisions qui ne sont pas de son ressort ». Premièrement, « TF1 signe l'acte de décès de la TNT payante, déjà bien mal en point, d'une part en vendant à l'américain Discovery Eurosport - qui de ce fait ne sera plus disponible sur la TNT - et, d'autre part, en demandant le passage de LCI en gratuit », estime de Tavernost.

Ensuite, « les distributeurs ne souhaitent pas alourdir leurs coûts et les recettes de distribution ne compensent pas la baisse structurelle de la publicité sur les chaînes payantes, qui ont été fragilisées par l'arrivée des six nouvelles chaînes gratuites ». « Nous tirons donc les conséquences de cette nouvelle donne : faire de la TNT payante est devenu impossible », ajoute-t-il.

Tout en rappelant que « ce n'est pas parce que nous estimons être trop nombreux sur la TNT gratuite qu'il faut faire hara-kari à nos propres chaînes », Nicolas de Tavernost estime que « loin d'être la énième chaîne d'information, elle occupe une place à part dans le paysage audiovisuel ».

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux