Accueil | Actualités | Médias | Louis Aliot poursuit Le Point en diffamation
Pub­lié le 24 septembre 2013 | Éti­quettes :

Louis Aliot poursuit Le Point en diffamation

L'algarade entre le président du Front National Jeunesse (FNJ), Julien Rochedy, et Omar Djellil qui a eu lieu en marge de l'université d'été du parti de Marine le Pen le 14 septembre dernier, continue d'agiter le microcosme politico-médiatique.

Ainsi, Louis Aliot, le vice-président du Front National, a-t-il annoncé qu'il portait plainte contre l'hebdomadaire Le Point qui avait suggéré sur son site internet qu'il aurait été le « commanditaire » d'une agression à l'encontre du responsable associatif Omar Djellil.

S'appuyant sur le témoignage de témoins de la scène, Louis Aliot affirme qu’il est au contraire intervenu pour que les deux protagonistes n'en viennent pas aux mains. Le Point appuie ses affirmations sur un courriel envoyé par Julien Rochedy à Omar Djellil, affirmant notamment : « Les DPS (le service d'ordre du Front national) me bloquaient l'entrée pour ne pas venir vous exploser la gueule, suite à une demande de Louis A », une phrase qui peut être comprise à double sens, selon que la demande de Louis A. portait sur le fait « d'exploser la gueule » à Djellil ou au contraire sur l'intervention pacificatrice du service de sécurité.

Dénonçant une interprétation partiale de ce courriel et une volonté de nuire et de désinformer, Louis Aliot a donc décidé de poursuivre l'hebdomadaire pour « diffamation et dénonciation calomnieuse ».

Crédit photo : blandinelc via Flickr (cc) / montage Ojim (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This