Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Loopsider : Křetínský veut étendre son empire

9 avril 2023

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Loopsider : Křetínský veut étendre son empire

Loopsider : Křetínský veut étendre son empire

Temps de lecture : 3 minutes

Devenu incontournable dans le business media depuis cinq ans, le Tchèque Daniel Křetínský lorgne désormais sur le pure player vidéo Loopsider. Une nouvelle lubie pour ce magna qui avait échoué à intégrer le capital de Brut en janvier 2023.

Diversifier les supports

Selon les infor­ma­tions de La Let­tre A, le mil­liar­daire tchèque Křetín­ský veut, par le biais de son groupe CMI France, entr­er au cap­i­tal du média vidéo Loop­sider à hau­teur de 30 à 40 %. Les négo­ci­a­tions sont menées avec l’aide de l’un des action­naires du média (à hau­teur de 25 %), le ban­quier Bernard Mourad. Il s’agit de con­va­in­cre les trois dirigeants cofon­da­teurs Giuseppe de Mar­ti­no, ancien directeur général de Dai­ly­mo­tionJohan Huf­nagel, ex-directeur des rédac­tions de Libéra­tion et cofon­da­teur de Slate France et Arnaud Mail­lard, ancien patron du numérique chez Dis­cov­ery (Eurosport).

En s’attaquant à Loop­sider, Křetín­ský entend dis­pos­er d’une nou­velle corde à son arc médi­a­tique. Pro­prié­taire de Elle, Télé 7 jours, Mar­i­anne et Franc-Tireur, il dis­pose d’un pan­el de sup­ports var­iés tant idéologique­ment que dans le for­mat. Déjà à l’affut pour inté­gr­er le cap­i­tal du média Brut en début d’année, le mil­liar­daire sem­ble avoir fait de l’achat d’un out­il de vidéo cour­tes dont l’influence est pri­mor­diale dans le paysage média con­tem­po­rain son dernier caprice.

Daniel Křetín­ský vis­erait à obtenir 30 à 40 % du cap­i­tal de Loop­sider et à accroître ses parts si les objec­tifs financiers sont atteints. Les négo­ci­a­tions autour de l’achat traî­nent et le cal­cul de la val­ori­sa­tion de l’entreprise est com­plexe. En 2022, Loop­sider a réal­isé un chiffre d’affaires de 4 mil­lions d’euros et un béné­fice net de 200 000 euros. Ce sont les con­tenus de mar­ques qui ali­mentent les revenus du média. Un finance­ment qui peut rap­porter gros mais qui demeure pré­caire car extrême­ment lié à la conjoncture.

Que cherche-t-il ? Où s’arrêtera-t-il ?

En se tour­nant vers ce média vidéo, Křetín­ský entend miser sur un média pas néces­saire­ment rentable mais doté d’un rap­port investissement/influence élevé. L’affaire Michel Zecler impli­quant un jeune de ban­lieue et la police a mon­tré la capac­ité de mobil­i­sa­tion de ce type de plate­formes. La bonne vidéo au bon moment peut provo­quer une indig­na­tion ou men­er à des man­i­fes­ta­tions d’ampleur. Une capac­ité de mobil­i­sa­tion que n’assure plus la presse papier.

En s’attaquant à un média vidéo, Křetín­ský pour­rait ten­ter d’imprimer un peu plus sa mar­que comme il avait ten­té de le faire à Mar­i­anne, où il n’avait pas hésité à faire mod­i­fi­er la une du jour­nal à deux repris­es pour soutenir la can­di­da­ture d’Emmanuel Macron en 2022.

Immen­sé­ment riche, ce magna de l’énergie s’attèle à bâtir un empire médi­a­tique et achète les entre­pris­es comme la ménagère fait son marché. Devenu pre­mier action­naire de Fnac Dar­ty mais égale­ment repre­neur d’Edi­tis, il s’est aus­si offert un palais à Prague pour la coquette somme de 20 mil­lions d’euros…

Son nom est apparu dans les Pana­ma Papers et dans les Par­adise Papers ; il est un homme riche qui béné­fi­cie de la bien­veil­lance de la presse française, notam­ment du Monde dont il est l’un des action­naires majori­taire mais aus­si de Libé qu’il a ren­floué aimable­ment s’offrant prob­a­ble­ment une cer­taine dis­cré­tion pour les années à venir…  Homme de caste, l’ambitieux tchèque de 47 ans pour­rait bien être le Soros de demain : il a en tout cas les atouts financiers et les réseaux pour y parvenir !