Accueil | Actualités | Médias | L’ONU créée la journée internationale pour la protection des journalistes
Pub­lié le 28 novembre 2013 | Éti­quettes : , ,

L’ONU créée la journée internationale pour la protection des journalistes

Après la journée internationale des femmes, celle du souvenir des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique ou celle de la paix, une nouvelle journée internationale « pour la protection des journalistes » ou « contre l’impunité des crimes envers les journalistes » vient d’être décrétée par une résolution de l’Assemblé générale de l’ONU.

Destinée à attirer l’attention sur la violence exercée contre les journalistes, cette journée sera fixée au 2 novembre, date de l'assassinat, à Kidal au Mali, de la journaliste de RFI, Ghislaine Dupont, et du cameraman Claude Verlon.

Cette nouvelle journée fait suite à une demande du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius aux Nations Unies, qui a évoqué « la nécessaire protection des journalistes » avant de décrire un « métier magnifique » mais avec une « modification dramatique du statut du reporter sur le terrain ». « Pendant des décennies, votre statut de journalistes vous a protégés, un peu comme la Croix-Rouge, et aujourd’hui, ce statut vous expose », a-t-il ajouté. Selon le ministre, cette nouvelle journée, « c'est symbolique, mais c'est fort ».

Pas sûr malheureusement que cela change concrètement les conditions de travail des journalistes dans le monde...

Source : L'Express

Voir aussi Mali : Qui veut la peau des journalistes français ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This