Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
L’Observatoire du journalisme hongrois, de succès en succès

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

27 septembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Observatoire du journalisme hongrois, de succès en succès

L’Observatoire du journalisme hongrois, de succès en succès

Temps de lecture : 2 minutes

TUA (l’acronyme de Transzparens Újságírásért Alapítvány, Fondation pour un Journalisme Transparent, en hongrois désignant notre partenaire à Budapest), lancé le 6 janvier 2020 sur le modèle de l’Ojim français développe rapidement sa notoriété.

Culture du débat courtois

TUA, en dépit de la crise san­i­taire due au Covid, organ­i­sait début sep­tem­bre 2020 son troisième débat dans le cadre cham­pêtre du mag­nifique parc Mil­lenaris à Budapest. Ce débat oppo­sait deux jour­nal­istes appar­tenant claire­ment à deux camps opposés.

Du côté libéral lib­er­taire Las­z­lo Szi­ly du site 444.hu, du côté con­ser­va­teur Gerge­ly Huth de la télévi­sion en ligne Pesti Sra­cok.

Plus de 500 per­son­nes ont assisté au débat, un pub­lic très jeune et atten­tif. Le sujet cen­tral por­tait sur « éthique et valeurs du jour­nal­isme ». Si le débat fut par­fois tranché, il est resté dans les lim­ites de la cour­toisie européenne. Un exem­ple à suiv­re en France ?

Regarder ici la vidéo (42 sec­on­des) de présen­ta­tion du débat sur les réseaux soci­aux, la jeunesse des par­tic­i­pants est frappante.

Post Scrip­tum TUA et l’Ojim ont gag­né con­join­te­ment un procès à Budapest con­tre le site atlatszo.hu (en par­tie financé par George Soros) qui les avait diffamés.

Voir aus­si notre analyse sur les rap­ports de force poli­tique dans les médias en Hon­grie.