Accueil | Actualités | Médias | L’information nuit-elle à la santé mentale ?
Pub­lié le 30 avril 2013 | Éti­quettes : ,

L’information nuit-elle à la santé mentale ?

Selon Rolf Dobelli, un écrivain suisse qui s’exprimait dans le Guardian, la consommation quotidienne d’informations en abondance nuirait à notre santé mentale.

Celle-ci, que l’auteur compare à une consommation abusive de friandises, nous rendrait agressif et craintif. Avec leur flot d’informations inutiles et la surenchère émotionnelle qui en est faite, les médias de masse contamineraient notre capacité de réflexion en renforçant nos préjugés et en activant dans notre cerveau des connexions neuronales inutiles. Ils pollueraient notre mémoire et nous empêcheraient au final de nous concentrer sur un livre ou même encore un long article.

Aussi, la surenchère des catastrophes, naturelles ou non, nous amènerait, toujours selon l’auteur, à secréter du glucocorticoïde ce qui dégraderait notre santé mentale et physique. Plus de stress, plus de crainte, de peur… et moins de créativité !

Amis internautes prenez cette analyse au mot. Lâchez France Info, BFMTV et leurs confrères. Pour ne pas déprimer et être bien informés, contentez-vous de nos quelques brèves quotidiennes et, pour approfondir et redonner vie à vos capacités de concentration, lisez nos Dossiers et Portraits. Pour le reste, lisez des livres !

Merci à Santé Nature Innovation pour la traduction - crédit photo : Alessandro Paiva via SXC (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux