Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’indignation à deux vitesses de Pierre Bergé

13 avril 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’indignation à deux vitesses de Pierre Bergé

L’indignation à deux vitesses de Pierre Bergé

Le collectif « La Manif pour tous », militant contre le mariage homosexuel, s’est payé ce jeudi une pleine page de publicité dans Le Monde (page 11, 138 000 euros) pour faire passer son message. Pierre Bergé, l’un des actionnaires du journal et président du Conseil de surveillance, s’est dit « scandalisé » par cette publication.

Sur son compte Twit­ter, il se déclare : « pro­fondé­ment scan­dal­isé que le jour­nal #LeMonde ait pub­lié une pub­lic­ité pour #laman­if­pour­tous con­traire aux valeurs de ce jour­nal. » Aus­si, l’homme d’affaire a con­fié avoir « demandé des expli­ca­tions à Louis Drey­fus (direc­tion de la pub­li­ca­tion, ndlr). A suiv­re. » Plus loin, il estime encore que « cette pub dans #LeMonde est tout sim­ple­ment une honte et ceux qui l’ont accep­tée ne sont pas dignes de tra­vailler dans ce jour­nal. À suivre. »

On com­prend à la lec­ture des – brefs mais clairs – « à suiv­re » que ce dernier compte bien don­ner suite à cette « affaire » qui le scan­dalise tant. Pour­tant, il y a quelques semaines, un encart défen­dant cette fois le mariage pour tous avait été pub­lié dans Le Monde sans que cela ne sus­cite de remous… La lib­erté d’expression ne fonc­tionne vis­i­ble­ment que dans un sens.

En 2011, Pierre Bergé avait déjà protesté con­tre son jour­nal en envoy­ant un mail au patron de l’époque, Érik Izraelewicz, aujourd’hui décédé : « Je tiens à vous faire part de mon pro­fond désac­cord avec le traite­ment réservé à Mit­ter­rand dans le Monde. Cet arti­cle immonde, à charge, digne d’un brûlot d’extrême droite est une honte qui n’aurait jamais dû être pub­lié. Il rap­pelle le temps de Plenel/Gattegno et de la Cham­bre du prési­dent”. Je le prends en out­re comme un acte anti Bergé pour mar­quer l’indépendance du jour­nal vis à vis d’un actionnaire. »

Il pour­suiv­ait : « Je regrette de m’être embar­qué dans cette aven­ture. Pay­er sans avoir de pou­voirs est une drôle de for­mule à laque­lle j’aurais du réfléchir ! Je con­sid­ère que con­traire­ment à ce que j’ai VOULU et à ce qu’ils pré­ten­dent, les jour­nal­istes du Monde ne sont pas libres mais pris­on­niers de leurs idéolo­gies, de leurs règle­ments de compte, et de leur mau­vaise foi. Tout cela est très grave. »

Enfin, pour rester dans le thème des choses « scan­daleuses », il est bon de rap­pel­er que ce même Pierre Bergé, mul­ti­mil­lion­naire et mil­i­tant gay, déclarait le 16 décem­bre 2012 sur le site du Figaro à pro­pos de la GPA et de la PMA : « Louer son ven­tre pour faire un enfant ou louer ses bras pour tra­vailler à l’u­sine, quelle différence ? »

Scan­daleux ?

Crédit pho­to : Par­ti social­iste via Flickr (cc)

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.