Accueil | Actualités | Médias | L’Express : la rédaction se rebiffe contre Philippe Jeannet jugé trop proche de Macron
Pub­lié le 21 décembre 2018 | Éti­quettes : , ,

L’Express : la rédaction se rebiffe contre Philippe Jeannet jugé trop proche de Macron

Nommé à la tête de L’Express pour accompagner la fin du papier et la mutation vers le numérique, l’expert digital Philippe Jeannet est arrivé en terrain hostile. Sa nomination a en effet été refusée par la rédaction et il s’est retrouvé bombardé directeur général délégué (adjoint).

Expert du numérique

Sa nomination avait été saluée par le groupe Altice France qui avait retracé dans un communiqué son parcours dans la mutation de la presse du papier vers le web : « Expert reconnu de la presse numérique, Philippe a lancé le premier site internet des Échos, dirigé le Monde.fr et piloté les rédactions digitales de ces deux quotidiens pendant plus de quinze ans [et a été un] acteur de premier plan de la distribution de la presse en France en créant le kiosque ePresse.fr et en jouant un rôle majeur au sein du GESTE et de l'OJD ».

Il devait s’appuyer sur Anne Rosencher - grand reporter et ex-directrice adjointe de Marianne – et Emma Defaud, rédactrice en chef du site, afin de transférer L’Express vers le web. Seulement, avec une participation de 96% et un scrutin à bulletin secret, les journalistes ont rejeté le 26 novembre son arrivée à la tête de la rédaction par 73 voix contre pour 46 pour. Depuis 2015 et le rachat par Altice en effet, la rédaction peut refuser jusqu’à trois nominations de rédacteur chef, au-delà l’employeur peut imposer son choix.

Positionnement pro Macron ?

Outre un projet éditorial jugé flou, « les journalistes s'interrogeaient notamment, au vu des positions pro-Macron affichées sur son compte Twitter personnel, sur son indépendance vis-à-vis du pouvoir », avance Libé. Il aurait aussi animé des conférences-débat à la République en Marche, selon Arrêts sur Images – on retrouve notamment trace d’une de ses interventions, « Réveiller le citoyen européen : un défi de communication publique », pour le comité LREM Paris 10e Château d’eau, en février 2018. Il n’a pas cherché à nier : « sur la dernière élection présidentielle, je n’avais pas de carte de presse, je me sentais libre de faire ce que je voulais. J’aurais eu la carte de presse à ce moment-là, je ne l’aurais pas fait ». Des Gilets jaunes à L’Express ?

Cependant, son recrutement n’est pas bloqué puisqu’il devait aussi occuper le poste de directeur général délégué de L’Express – et cette fois les journalistes n’ont plus rien à dire. Il a été nommé à cette fonction le 12 novembre 2018. Altice, qui entend « poursuivre le dialogue avec les salariés » mais aussi continuer à transformer l’Express en le portant vers plus de digital, devrait proposer un nouveau nom dans les semaines à venir.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux