Accueil | Actualités | Médias | Les salariés des journaux de Tapie réclament la vente des titres
Pub­lié le 14 juillet 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Les salariés des journaux de Tapie réclament la vente des titres

La justice envisage la saisie judiciaire de la participation que détient Bernard Tapie dans le Groupe Hersant Médias (GHM), propriétaire de La Provence, Nice Matin et Var Matin. Les syndicats s’inquiètent et appellent à une vente des titres.

« Messieurs les juges Tournaire et Daïeff, n'y voyez aucune entrave au libre cours de la justice. Saisissez tous les biens personnels que vous voudrez (...) Mais, par pitié, n'hypothéquez pas l'avenir de ces deux entreprises en prenant des mesures conservatoires qui n'ont qu'un intérêt médiatique ! », a supplié dans un communiqué l'intersyndicale de Nice-Matin.

Et celle-ci de poursuivre : « Saisir les parts de Bernard Tapie dans GHM, c'est condamner l'ensemble de ce groupe de presse à un immobilisme financier qui va conduire nos titres, en pleine mutation, tout droit à la liquidation judiciaire. »

Les salariés réclament même la vente des titres détenus par Bernard Tapie et Philippe Hersant : « Laissez au moins l'opportunité à nos actionnaires de nous vendre ! Oui, nous vendre ! M. Tapie vous voilà empêché judiciairement. M. Hersant vous êtes également visé par une enquête préliminaire et, depuis belle lurette déjà, en incapacité financière. Or, nos titres ont aujourd'hui un besoin urgent d'investir pour ne pas sombrer. Alors, Messieurs nos coactionnaires, prenez vos responsabilités : à moins que vous soyez, contre toute attente, en mesure d'investir 25 millions d'euros de cash dans Nice-Matin et autant dans La Provence, vendez-nous très vite ! »

Du côté de La Provence, on s’inquiète également. « Même s'il [Bernard Tapie, ndlr] reste aux commandes il est fort probable que ses projets de développement tombent dans l'eau du port », a déploré un journaliste. Le principal intéressé l’a d’ailleurs confirmé ce mercredi : « Si je voulais faire des investissements, je ne le pourrais plus ».

Crédit photo : capture d’écran vidéo Europe1

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux