Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Les salariés des journaux de Tapie réclament la vente des titres
Les salariés des journaux de Tapie réclament la vente des titres

14 juillet 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Les salariés des journaux de Tapie réclament la vente des titres

Les salariés des journaux de Tapie réclament la vente des titres

Les salariés des journaux de Tapie réclament la vente des titres

La justice envisage la saisie judiciaire de la participation que détient Bernard Tapie dans le Groupe Hersant Médias (GHM), propriétaire de La Provence, Nice Matin et Var Matin. Les syndicats s’inquiètent et appellent à une vente des titres.

« Messieurs les juges Tour­naire et Daï­eff, n’y voyez aucune entrave au libre cours de la jus­tice. Sai­sis­sez tous les biens per­son­nels que vous voudrez (…) Mais, par pitié, n’hy­pothéquez pas l’avenir de ces deux entre­pris­es en prenant des mesures con­ser­va­toires qui n’ont qu’un intérêt médi­a­tique ! », a sup­plié dans un com­mu­niqué l’in­ter­syn­di­cale de Nice-Matin.

Et celle-ci de pour­suiv­re : « Saisir les parts de Bernard Tapie dans GHM, c’est con­damn­er l’ensem­ble de ce groupe de presse à un immo­bil­isme financier qui va con­duire nos titres, en pleine muta­tion, tout droit à la liq­ui­da­tion judiciaire. »

Les salariés récla­ment même la vente des titres détenus par Bernard Tapie et Philippe Her­sant : « Lais­sez au moins l’op­por­tu­nité à nos action­naires de nous ven­dre ! Oui, nous ven­dre ! M. Tapie vous voilà empêché judi­ci­aire­ment. M. Her­sant vous êtes égale­ment visé par une enquête prélim­i­naire et, depuis belle lurette déjà, en inca­pac­ité finan­cière. Or, nos titres ont aujour­d’hui un besoin urgent d’in­ve­stir pour ne pas som­br­er. Alors, Messieurs nos coac­tion­naires, prenez vos respon­s­abil­ités : à moins que vous soyez, con­tre toute attente, en mesure d’in­ve­stir 25 mil­lions d’eu­ros de cash dans Nice-Matin et autant dans La Provence, vendez-nous très vite ! »

Du côté de La Provence, on s’inquiète égale­ment. « Même s’il [Bernard Tapie, ndlr] reste aux com­man­des il est fort prob­a­ble que ses pro­jets de développe­ment tombent dans l’eau du port », a déploré un jour­nal­iste. Le prin­ci­pal intéressé l’a d’ailleurs con­fir­mé ce mer­cre­di : « Si je voulais faire des investisse­ments, je ne le pour­rais plus ».

Voir aussi  « Nique les journalistes » : même à la campagne !

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Europe1

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.