Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les réseaux sociaux, voilà l’ennemi

21 janvier 2020

Temps de lecture : 8 minutes
Accueil | Veille médias | Les réseaux sociaux, voilà l’ennemi

Les réseaux sociaux, voilà l’ennemi

Nous reproduisons un excellent article paru sur Vu du droit, le site de Régis de Castelnau le 16 janvier 2020 sous la signature d’Anne-Sophie Chazaud « Macron et ses soutiens : « les réseaux sociaux, voilà l’ennemi ». Les sous-titres sont de notre rédaction.

Entre lancer de couteaux raté et danse du ventre

Au dic­tio­n­naire des idées reçues de l’époque, surtout ne pas oubli­er de liq­uider l’espace de débat pub­lic des réseaux soci­aux dans un tour­bil­lon de lieux com­muns aus­si banals que manip­u­la­teurs et lib­er­ti­cides.

Emmanuel Macron, dans ses vœux à la presse du lun­di 15 jan­vi­er, s’est ain­si livré à un curieux exer­ci­ce, quelque part entre l’esquive, le lancer de couteaux raté et la danse du ven­tre.

Le Prési­dent dont on con­naît les rela­tions dif­fi­ciles avec la presse, ‑laque­lle a pour­tant large­ment con­tribué à sa prise de pou­voir, qui le lui a bien mal ren­du par la suite‑, a été pris à par­ti en préam­bule de cette ren­con­tre, poli­ment mais fer­me­ment, par Olivi­er Bost, jour­nal­iste à RTL et prési­dent de la presse prési­den­tielle, qui a énuméré quelques exem­ples des men­aces dont la lib­erté de la presse fait l’objet de la part du pou­voir :  con­vo­ca­tions de jour­nal­istes par la DGSI qui tra­vail­laient notam­ment sur l’utilisation d’armes français­es au Yemen, loi sur le secret des affaires qui fait peser un risque juridique majeur sur la pro­fes­sion au regard notam­ment de la pro­tec­tion du secret des sources, dif­fi­cultés ren­con­trées par la presse pour faire cor­recte­ment son tra­vail lors des nom­breuses man­i­fes­ta­tions qui émail­lent ce quin­quen­nat en rai­son des réac­tions par­fois vio­lentes et répres­sives des forces de l’ordre –jour­nal­istes pro­fes­sion­nels tit­u­laires de leur carte de presse embar­qués au com­mis­sari­at, privés de leurs pro­tec­tions, privés de leur matériel de tra­vail dans le suivi des man­i­fes­ta­tions, etc. Cette liste n’est pas exhaus­tive, loin s’en faut, et il con­viendrait notam­ment d’y ajouter la mise en place d’un « Con­seil de déon­tolo­gie jour­nal­is­tique et de médi­a­tion » (CDJM) en décem­bre 2019, sous l’impulsion directe et selon les souhaits du gou­verne­ment, ce qui laisse aisé­ment augur­er de son réel niveau d’indépendance et qui le fait davan­tage ressem­bler, pour l’heure, à une sorte de Con­seil de l’Ordre des jour­nal­istes : du con­trôle des « bonnes pra­tiques » à celui de la « bonne pen­sée » cour­tisane, il n’y a guère qu’un tout petit pas et la France n’est pas le pays du Water­gate.

Bonne parole du moment

Face à cette sit­u­a­tion incon­fort­able, Emmanuel Macron a procédé selon sa méth­ode favorite et éprou­vée : divis­er pour s’en sor­tir et donc, en la cir­con­stance, dire à cette pro­fes­sion ce qu’elle avait envie d’entendre, puisque les dis­cours macroniens sont une suc­ces­sion de pro­pos cir­con­stan­ciels, entrant sou­vent en con­tra­dic­tion les uns avec les autres et ayant pour but de don­ner momen­tané­ment à telle ou telle « com­mu­nauté » ce qu’elle souhaite, sur le moment, recevoir comme parole.

Pour qu’un groupe iden­ti­taire se ressoude (ici celui de la cor­po­ra­tion médi­a­tique), il lui faut tou­jours, on le sait, une vic­time expi­a­toire, un bouc émis­saire qui lui per­me­t­tra, comme le fai­sait remar­quer René Girard dans ses réflex­ions sur le Men­songe roman­tique et vérité romanesque, d’y fonder sa pro­pre nar­ra­tion, son pro­pre réc­it. La vic­time expi­a­toire ici était toute trou­vée : c’est vous, c’est moi, c’est votre voisin, c’est le peu­ple tout entier qui trou­ve à s’exprimer sur les réseaux soci­aux et qui le fait, hor­resco ref­er­ens, dans une cer­taine lib­erté pas encore tout à fait tombée sous la férule du con­trôle éta­tique lequel ne ménage toute­fois pas sa peine.

La stratégie du bouc émissaire

Les réseaux soci­aux, voilà l’ennemi ! Voilà l’ennemi con­stam­ment désigné désor­mais à la fois par de nom­breux jour­nal­istes ou chroniqueurs mais aus­si intel­lectuels étab­lis qui ne sup­por­t­ent vis­i­ble­ment pas d’être dépos­sédés de leur pou­voir de pre­scrip­tion et de per­dre ain­si leur posi­tion de mono­pole exclusif dans la fab­rique de l’opinion, et c’est égale­ment l’ennemi maintes fois désigné du pou­voir qui a, sur ce sujet, depuis longtemps son­né le toc­sin par une rib­am­belle de déc­la­ra­tions et de mesures pro­fondé­ment lib­er­ti­cides au regard de la lib­erté d’expression, mais aus­si au regard de la réelle lib­erté d’information.

Car, il faut croire que les chantres de la dis­rup­tion et de l’uberisation prô­nent ces méth­odes dans tous les domaines de la société et du tra­vail à l’exception de ceux qui visent leurs prés car­rés… : ubérisez-vous, braves gens, mais pas dans mon domaine !

Harcèlement judiciaire et harcèlement digital

Au cours de la triste semaine de com­mé­mora­tion des atten­tats de Char­lie, une presse rel­a­tive­ment unanime, impuis­sante qu’elle a été à faire réelle­ment face à la régres­sion incon­testable de la lib­erté d’expression, s’en est pris de manière out­ran­cière aux réseaux soci­aux accusés de tous les maux.

Or, s’il est exact que ceux-ci sont un des lieux d’action pos­si­bles pour les activistes mil­i­tants de tout poil qui n’aiment rien tant que le har­cèle­ment et la cen­sure, ils sont loin d’en être le lieu d’action unique ni même le prin­ci­pal. Rap­pelons ain­si à toutes fins utiles que le lieu priv­ilégié d’action néfaste des Social Jus­tice War­riors est avant tout le ter­rain du har­cèle­ment judi­ci­aire et, que l’on sache, la jus­tice n’a pas été visée par un sem­blable dis­cours en délégiti­ma­tion.

Liberté de conscience et d’expression

L’ennemi, la cause est enten­due, ce sont donc les réseaux soci­aux, c’est-à-dire cette ago­ra du XXIème siè­cle per­me­t­tant à l’opinion publique de s’exprimer (encore un peu) libre­ment, d’échanger des infor­ma­tions, de débat­tre. Et, pré­cisé­ment, Emmanuel Macron a fustigé la société du « com­men­taire per­ma­nent ». Mais, qu’est-ce que le « com­men­taire per­ma­nent » sinon la lib­erté de con­science et d’expression exprimées libre­ment en démoc­ra­tie. Quelle est l’idée ? Faire taire les com­men­taires ? Cela porte un nom et ce nom n’est pas la démoc­ra­tie.

Car, sur les réseaux soci­aux, qui ne sont ni bons ni mau­vais en soi –ce dont n’importe quel médi­o­logue, même vieil­lis­sant, devrait se sou­venir– se joue en réal­ité une ques­tion pro­fonde qui a tout à voir avec la ques­tion du pou­voir.

Certes, au dic­tio­n­naire des idées reçues sur le sujet, surtout ne pas oubli­er de par­ler de « lyn­chages ». Et c’est vrai, qu’il y en a, des lyn­chages, ‑toute per­son­ne inter­venant dans le débat pub­lic avec un min­i­mum de con­vic­tions ou d’originalité est bien payée pour le savoir‑, c’est vrai qu’il y a, par­fois, du har­cèle­ment, comme il y a du har­cèle­ment partout. Ces faits tombent sous le coup de la loi pénale et il appar­tient à cha­cun, selon son souhait et sa capac­ité à encaiss­er les mau­vais coups, à porter les faits répréhen­si­bles en jus­tice, exacte­ment comme dans l’espace pub­lic matériel.

Remise en question d’un espace de débat

On par­le, on bruisse, on s’offusque de « tri­bunaux médi­a­tiques », de « fauss­es infor­ma­tions », de « chas­s­es aux sor­cières ». On fait la chas­se à la chas­se aux sor­cières, on prend la pose dans une méta-chas­se aux sor­cières afin de se dis­tinguer autant que faire se peut du vul­gaire, comme si on n’avait d’ailleurs rien d’autre à faire lorsque le pays est au bord de la rup­ture sociale et poli­tique. On prend des airs théâ­traux et on aime à se faire peur. Pour­tant, au-delà des out­rances qui sont le pro­pre de tous les espaces de débat pub­lic libres et démoc­ra­tiques, les réseaux soci­aux sont avant tout un lieu de débat et de cir­cu­la­tion d’information comme les peu­ples (libres) n’en ont jamais dis­posé dans le passé. Et c’est bien cela qui dérange. Qui dérange à la fois ceux qui jusqu’alors en pos­sé­daient le mono­pole pro­fes­sion­nel, insti­tu­tion­nel, académique, et ceux qui ont tou­jours souhaité con­trôler la cir­cu­la­tion de l’information (le pou­voir poli­tique). Il s’agit là, une nou­velle fois, d’un petit partage du pou­voir au sein d’une caste qui n’entend pas se laiss­er dépos­séder de ses leviers d’action dans la fab­rique de l’opinion et l’on retrou­ve ici une nou­velle vari­ante de la scis­sion désor­mais avérée en maints domaines entre le bloc éli­taire et le bloc pop­u­laire, avec, du reste, à la clef, la ques­tion con­crète d’un éventuel bas­cule­ment poli­tique qui est le véri­ta­ble enjeu de tout cette mise en scène théâ­trale et inquisi­to­ri­ale.

Les jour­nal­istes ont des pra­tiques d’investigation (nor­male­ment…) qui appor­tent à leurs con­tenus une légitim­ité pro­fes­sion­nelle. On n’imagine pas qu’ils puis­sent être men­acés par la libre expres­sion de l’opinion publique pop­u­laire, si ? On ne voit pas, en réal­ité, en quoi ces pra­tiques seraient con­cur­ren­tielles sauf à les con­sid­ér­er sous l’angle d’une volon­té de pou­voir et de main­mise. Il sem­blerait bien au con­traire que ces dif­férents biais d’approche du réel soient autant de richess­es com­plé­men­taires aux­quelles le jour­nal­isme apporte une valeur ajoutée, sauf si l’enjeu n’est pas le réel mais le pou­voir, ce qu’à Dieu ne plaise…

Instauration d’un Ministère de la Vérité

Pareille­ment, le pou­voir poli­tique macronien n’a de cesse de vouloir con­tin­gen­ter la lib­erté per­mise par les Nou­velles Tech­nolo­gies de l’Information et de la Com­mu­ni­ca­tion, dans une con­stante obses­sion lib­er­ti­cide, et pour cause puisqu’il s’agit de con­trôler les moyens d’une éventuelle réélec­tion. La loi anti pseu­do-fake news instau­rant une sorte de mag­istère de la Vérité offi­cielle, dans l’urgence par le juge des référés en péri­ode élec­torale, con­stitue à ce titre un absolu scan­dale anti­dé­moc­ra­tique. La loi Avia, tout pareille­ment, retenue par les par­lemen­taires dans sa pire ver­sion lib­er­ti­cide, sanc­tion­nant des con­tenus a pri­ori et dans l’urgence (24 heures) selon des critères d’appréciation idéologique mais qui se frot­tera bien vite aux exi­gences d’un dis­cours poli­tique­ment com­pat­i­ble avec les vues du pou­voir en place, fait, quant à elle, peser les pires men­aces sur ce for­mi­da­ble espace de lib­erté que sont devenus les réseaux soci­aux.

La grande peur des oligarques

On a beau­coup par­lé de dés­in­for­ma­tion, de fake news, de faux jour­nal­istes. Pour­tant, nous n’y voyons que la peur, la peur petite-bour­geoise d’une oli­garchie médi­ati­co-poli­tique qui s’est vue dépassée par l’expression du ter­rain, le peu­ple ayant, pen­dant toute la séquence de répres­sion du mou­ve­ment des gilets jaunes, com­mencé par faire le tra­vail réel d’information à la place de ceux dont c’était le méti­er, puisque ceux-ci étaient si frileux à le faire. Sans les images de ter­rain, toutes ces vidéos pris­es sur le vif par les citoyens, tous ces témoignages de vic­times, com­ment un jour­nal­iste aus­si irréprochable et pro­fes­sion­nel que David Dufresne aurait-il pu nour­rir son magis­tral tra­vail de doc­u­men­ta­tion sur les vio­lences poli­cières qui n’ont cessé de croître avec la ges­tion macroni­enne des con­flits soci­aux et poli­tiques ? On a bien là la preuve que le jour­nal­isme et les réseaux soci­aux peu­vent tra­vailler main dans la main en vue de l’élaboration de la vérité, parce que ce lieu est avant toute chose une ago­ra et qu’en démoc­ra­tie, c’est l’agora le plus impor­tant, et non les petits céna­cles de l’entre-soi. Les médias main­stream ne com­men­cent à timide­ment repren­dre enfin la ques­tion de la répres­sion poli­cière inouïe qui s’est déchaînée con­tre le peu­ple français que plus d’un an après que des dizaines et des dizaines de man­i­fes­tants ont été blessés, mutilés, éborgnés, arrêtés, con­damnés, et ils le font seule­ment main­tenant parce qu’ils n’ont plus le choix, mis devant le fait accom­pli, sauf à per­dre défini­tive­ment toute crédi­bil­ité.

Sans les réseaux soci­aux, la dénon­ci­a­tion de cette répres­sion de masse et ces méth­odes d’un autre temps n’aurait tout sim­ple­ment jamais été pos­si­ble. Et c’est bien, dans le fond, l’opposition sociale et poli­tique (de tous bor­ds) qui est en réal­ité dans le viseur de toutes ces mesures anti­dé­moc­ra­tiques et cet irré­press­ible désir de cen­sure.

Sans les réseaux soci­aux, par exem­ple, la révéla­tion de la manip­u­la­tion men­songère de la fausse attaque de la Salpêtrière n’aurait jamais non plus été pos­si­ble. Sans les réseaux soci­aux, Steve aurait dis­paru dans le silence de la nuit et dans l’oubli. Sans les réseaux soci­aux, de nom­breuses attaques islamistes au couteau seraient à peine évo­quées. Sans les réseaux soci­aux, on ne saurait rien des dégra­da­tions quo­ti­di­ennes d’églises et autres lieux de culte.

Ordre moral et régulation de l’information

A pro­pos de fake news, d’ailleurs, le pou­voir n’est pas en reste puisqu’on appre­nait que la fine équipe de con­seillers macro­nistes entourant le Prési­dent, en la per­son­ne par exem­ple de l’autoproclamé pro­gres­siste Ismaël Emélien, n’avait pas hésité à pro­duire de fauss­es infor­ma­tions Twit­ter (comptes anonymes et faux mon­tages) dans le cadre de l’affaire Benal­la : la pro­pa­gande, c’est tout un art, et une tra­di­tion.

Enfin, Emmanuel Macron a évo­qué hier, sans ver­gogne, une sorte « d’ordre moral » qui s’instaurerait sur les réseaux soci­aux et qu’il n’approuverait pas. Pour­tant, qui sont les prin­ci­paux pour­voyeurs d’ordre moral, à coups de lois lib­er­ti­cides imbibées de poli­tique­ment cor­rect, sinon les déten­teurs post-social­istes du pou­voir actuel ? Qui a essayé, dans la loi Avia, de recas­er dis­crète­ment mais sûre­ment le délit de blas­phème à tra­vers le con­cept fumeux d’islamophobie ? Qui passe son temps à moralis­er sur la méchante haine au sein d’un espace de débat pub­lic réduit à n’être plus qu’une grotesque cage aux phobes ? Qui traque la parole déviante, la pen­sée dis­si­dente ? Qui sonne le toc­sin con­tre la vilaine opin­ion pop­uliste, ou sou­verain­iste ? Qui, par exem­ple, a qual­i­fié de « fake news » récem­ment des pro­pos d’opposants poli­tiques à la loi sur les retraites au sim­ple motif qu’il n’y a pas de sim­u­la­teur (et pour cause, puisque le gou­verne­ment se refuse à fournir cet out­il) et que, par con­séquent, toute infor­ma­tion ou opin­ion sur ce sujet serait déclarée offi­cielle­ment nulle et non avenue, « fausse », par le Min­istère de la Vérité ?

L’exil suisse ?

Les réseaux soci­aux, que le pou­voir poli­tique ou le qua­trième pou­voir le veuil­lent ou non, font désor­mais par­tie des lieux de lib­erté d’expression priv­ilégiée des peu­ples du monde entier. Le pli est pris et lorsqu’on a goûté à une lib­erté, on ne retourne pas en arrière, sauf de manière autori­taire et tou­jours lim­itée dans le temps. Le com­bat lib­er­ti­cide pour y con­trevenir est un com­bat à la fois pro­pa­gan­diste et d’arrière-garde. Et il serait tout à l’honneur des médias tra­di­tion­nels de ne pas y apporter leur benoîte col­lab­o­ra­tion, sauf à vouloir per­dre défini­tive­ment tout crédit.

On peut raisonnable­ment penser, en revanche, que sous l’action lib­er­ti­cide con­stante de cet exé­cu­tif à l’encontre de ces nou­veaux moyens d’échanges et d’expression libre, de nom­breux citoyens ne recourent, pour être à l’abri de toute cen­sure dans les mois qui vien­nent et à l’approche de l’élection prési­den­tielle où tous les moyens seront bons pour con­trôler l’opinion, à ce qui se pra­ti­quait autre­fois du temps de Rousseau et Voltaire : le repli de l’hébergement des sites indépen­dants d’expression et d’information libre vers des pays comme la Suisse où la cen­sure ne pour­ra pas s’abattre.

Anne-Sophie Chaz­a­ux, 16 jan­vi­er 2020

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision