Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les rédactions du Parisien en révolte contre la « terreur »

11 février 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Les rédactions du Parisien en révolte contre la « terreur »

Les rédactions du Parisien en révolte contre la « terreur »

Rien ne va plus au sein de la rédaction du Parisien/Aujourd’hui en France. Depuis l’arrivée de Thierry Borsa à la tête des rédactions du journal en 2010, les journalistes dénoncent un « climat de terreur » qui vient de s’amplifier avec le licenciement d’un journaliste respecté.

Le 6 févri­er dernier en effet, le numéro 2 du ser­vice « éco » du Parisien, Marc Lomazzi, était con­vo­qué dans le bureau de la direc­tion. « On l’a vu par­tir tran­quille vers le bureau et revenir décom­posé : il venait d’ap­pren­dre qu’il était viré ! On était tous stupé­faits, autant que lui. Il n’y avait eu aucun signe avant-coureur, aucun aver­tisse­ment », racon­te un de ses con­frères. Alors qu’il n’avait com­mis aucune faute, que ses com­pé­tences n’étaient pas en cause, l’homme de 51 ans, « bosseur » très appré­cié par ses col­lègues, s’est donc vu subite­ment sig­nifié son licen­ciement.

Inter­rogé par la rédac­tion, Thier­ry Bor­sa, directeur jugé « glacial » et que « per­son­ne n’ose con­tredire », a évo­qué une « rup­ture de con­fi­ance ». Ce dernier a estimé que Marc Lomazzi « ramait à con­tre-sens » et qu’il n’était pas « prêt à porter des pro­jets édi­to­ri­aux à venir »… Stupé­fac­tion à la rédac­tion, qui explique autrement ce ren­voi. Début jan­vi­er, Lomazzi avait en effet osé révéler le malaise qui planait sur les rédac­tions après la mau­vaise réor­gan­i­sa­tion de celles-ci. Aus­si, il avait refusé, pour des raisons de déon­tolo­gie, que son ser­vice par­ticipe au sup­plé­ment « éco » où les arti­cles étaient plus favor­ables aux entre­pris­es, pour attir­er la pub­lic­ité.

Choquée par ce licen­ciement, la rédac­tion s’est donc réu­nie en AG ce lun­di 10 févri­er et a adop­té à 76,7 % une motion de défi­ance à l’encontre de la rédac­tion (135 pour, 33 con­tre et 8 blancs ou nuls, sur 176 votants). En par­al­lèle, elle a adop­té une motion de sou­tien à M. Lomazzi (91,6 %, 164 pour, 6 con­tre et 9 blancs ou nuls, sur 179 votants). « La procé­dure de licen­ciement bru­tale et sans fonde­ment de notre col­lègue Marc Lomazzi nous choque. Au-delà de ce cas per­son­nel, elle est l’ex­pres­sion du cli­mat délétère qui règne dans la rédac­tion où men­aces et intim­i­da­tions se mul­ti­plient. La lib­erté d’ex­pres­sion étant l’essence de notre méti­er, en priv­er ses jour­nal­istes est inac­cept­able. Dans ces con­di­tions, la rédac­tion n’a plus con­fi­ance dans sa direc­tion », indique la motion. Et de dénon­cer « la bru­tal­ité avec laque­lle il est traité » tout en deman­dant « à la direc­tion de revenir sur la procé­dure de licen­ciement qu’elle a engagée à son encon­tre ».

Dans un com­mu­niqué interne, la rédac­tion s’indigne : « La méth­ode relève de la ter­reur. Out­re la vio­lence du procédé à l’égard d’une per­son­ne qui n’a com­mis absol­u­ment aucune faute, c’est un sen­ti­ment de totale et pro­fonde injus­tice, sinon de colère, qui s’est abat­tu sur nous. » Et Élis­a­beth Fleury, prési­dente de la SNJ, de résumer : « En gros le mes­sage est le suiv­ant : vous pou­vez être licen­ciés sans raisons. » La semaine dernière, elle avait déjà dénon­cé dans un com­mu­niqué la « ter­reur » que fai­sait plan­er Thier­ry Bor­sa sur les équipes du Parisien.

Le délégué SNJ Olivi­er Cor­san relate l’origine de ces ten­sions : « On a con­nu un plan de départs volon­taires, on est passé en quelques années de de 350 à 300 jour­nal­istes, tout en devant nour­rir le site, et Le Parisien Dimanche… Il y a quelques jours, on a fait grève parce que les rem­bourse­ments kilo­métriques liés aux déplace­ments en voiture étaient bais­sés de 60 %. Les gens à l’ex­térieur du jour­nal n’ont pas com­pris pourquoi, mais cette mesure touchait les jour­nal­istes les moins bien payés, ceux qui tour­nent en région, et qui per­daient ain­si plus de 2 000 euros de salaire par an ! ». Ajoutez à cela une mau­vaise organ­i­sa­tion des rédac­tions et un directeur froid et bru­tal, et nous voici en pleine crise. Mais Olivi­er Cor­san tient à rap­pel­er que « la rédac­tion du Parisien ne vote pas tous les qua­tre matins une motion de défi­ance con­tre la direc­tion de la rédac­tion. Le cli­mat général est par­ti­c­ulière­ment crispé, à tous les niveaux. »

Depuis quelques mois, on relate déjà six cas de « burn-out » dont le directeur du ser­vice économique que Marc Lorezzi rem­plaçait juste­ment jusqu’à ce jour. Une psy­cho­logue a même été appelée à la rescousse, et assure des per­ma­nences tous les jeud­is. « Les gens sont fatigués et en colère », con­clut une jour­nal­iste. La sit­u­a­tion économique n’est guère plus reluisante : en 2013, Aujourd’hui en France a vu sa dif­fu­sion baiss­er de 10,3% par rap­port à 2012. Celle du Parisien est en recul de 8,8%.

Ven­dre­di prochain, 14 févri­er, la rédac­tion se réu­ni­ra à nou­veau en Assem­blée générale pour envis­ager d’autres mesures de protes­ta­tion…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.