Accueil | Actualités | Médias | Les journalistes du Midi Libre dénoncent la « censure » d’un article sur Ménard
Pub­lié le 25 février 2015 | Éti­quettes : , ,

Les journalistes du Midi Libre dénoncent la « censure » d’un article sur Ménard

Après le retrait d'un article sur Robert Ménard, les journalistes du Midi Libre ont dénoncé une « censure (...) incompréhensible et abusive ».

Retiré par Olivier Gérolami, directeur de la publication du quotidien régional, le texte en question évoquait la campagne d'affichage sur l'armement de la police municipale de Béziers, initiée par le maire Robert Ménard. « Le texte n'est pas paru. Le PDG du titre en a demandé le retrait, mercredi soir peu avant l'impression. Motif invoqué : la peur d'un éventuel procès en diffamation, comme le maire de Béziers en a déjà initié un à l'encontre du journal en novembre dernier », ont écrit les journalistes dans une tribune, estimant que « ce recul fragilise la rédaction de Midi Libre dans son ensemble, l'agence biterroise en particulier ».

Interrogé par l'AFP, Olivier Gérolami se défend de toute censure et évoque un « malentendu ». Il assure n'être « jamais intervenu dans le contenu rédactionnel » en trois ans à son poste et explique voir simplement demandé une vérification juridique de l'article en question. Compte tenu des délais, cette démarche aurait entraîné la suppression du papier.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This