Accueil | Actualités | Médias | Les erreurs des médias sur les manifestations pro-Gaza
Pub­lié le 24 juillet 2014 | Éti­quettes : , ,

Les erreurs des médias sur les manifestations pro-Gaza

Dans un article publié sur son site internet, L'Express fait le bilan des erreurs médiatiques dans le traitement des manifestations pro-palestiniennes en France.

Tout d'abord, l'hebdomadaire revient sur l'affaire de la synagogue « en partie incendiée » à Sarcelles. Une information lancée par Le Figaro qui s'est révélée fausse. La synagogue a bien été prise pour cible mais n'a pas brûlée, ce que le quotidien a vite corrigé

Du côté d'Europe 1, on s'est vu reprocher une large sous-estimation du nombre de manifestants pro-palestiniens à Paris. Évoquant une « centaine de manifestants », le site internet de la radio a été repris par Henri Maler, d'Action-Critique-Medias. Reprenant les chiffres fournis par la police, celui-ci a rappelé qu'il s'agissait plutôt de 1 500 à 2 000 manifestants, et non « une centaine ». Une erreur que le site a, là encore, corrigé rapidement.

Le meilleur pour la fin : la bourde collector du journaliste ultra pro-israélien Frédéric Haziza. Sur son compte Twitter, celui-ci a publié une photographie montrant un homme habillé en vert sur le point de frapper un policier avec une matraque. Le tout avec ce commentaire : « Un "pacifiste" pro-Hamas en pleine action contre un fonctionnaire de Police à Sarcelles. » Sauf qu'après vérification, le cliché remonte à mars 2013 en ne se situe pas tout à fait à Sarcelles mais... en Iran !

Voir notre portrait de Frédéric Haziza

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This