Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Les 11–12 ans, présence massive sur les réseaux sociaux mais en légère baisse

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

14 octobre 2023

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Les 11-12 ans, présence massive sur les réseaux sociaux mais en légère baisse

Les 11–12 ans, présence massive sur les réseaux sociaux mais en légère baisse

Temps de lecture : 3 minutes

Les réseaux sociaux sont-ils la maladie du siècle ? Ou, comme la langue d’Esope, la pire et la meilleure des choses ? Une étude récente permet de mieux cerner le phénomène. Born Social (traduction, né avec les réseaux sociaux) est une sorte de baromètre annuel de l’utilisation des réseaux sociaux par l’agence Heaven, spécialisée en marketing numérique. Sa dernière enquête éclaire leur usage chez les pré-adolescents.

Une étude annuelle à visée commerciale

Cette étude a une visée claire­ment com­mer­ciale comme le dit l’’agence, elle veut « dress­er le por­trait d’une généra­tion née avec les médias soci­aux, qui n’est même pas cen­sée avoir le droit de s’y inscrire • Les écouter, Appren­dre, Décrypter leurs usages • Com­pren­dre leur appréhen­sion de la com­mu­ni­ca­tion et du mar­ket­ing dig­i­tal, leurs attentes »

Une présence précoce et massive des plus jeunes

L’utilisation d’un smart­phone chez les 13 ans est mas­sive, plus de 80% !

La pos­ses­sion d’un télé­phone par la généra­tion « née avec les réseaux soci­aux » est toute aus­si mas­sive sur les plus jeunes, 54 % à 11 ans (âge moyen de ren­trée en 6ème) 72% a 12 ans (âge moyen de ren­trée en 5ème) et plus de 80% à 13 ans (âge moyen de ren­trée en 4ème).

« Facebook et Twitter (devenu X) c’est pour les vieux »

La cita­tion est le ver­ba­tim d’un enfant inter­rogé, con­stat con­fir­mé par l’utilisation des réseaux soci­aux en pour­cent­age chez la tranche d’âge moins de 13 ans :

% d’utilisation chez les 11/12 ans (chiffres arrondis)

YouTube 52%
Snapchat 51%
Insta­gram 36%
Tik­Tok 35%
What­sApp 27%
Face­book 5%
Twitter/X 3%
Telegram NS

Une relative baisse d’utilisation

L’étude explore un para­doxe : les réseaux soci­aux sont en théorie inter­dits aux moins de 13 ans… et mas­sive­ment util­isés par ces derniers. Les enfants trichent facile­ment sur leur âge pour s’inscrire et le con­trôle de l’inscription se fait sur du déclaratif. Cer­tains se font pren­dre par la patrouille en indi­quant leur date de nais­sance lors des anniver­saires. C’est ain­si que le réseau Tik Tok, après avoir été con­damné en Europe à une amende de 345M€ liée à l’utilisation des don­nées des enfants, annonce avoir sup­primé 80 mil­lions de comptes de moins de 13 ans en 2022.

L’étude Born Social de 2023 mar­que une rel­a­tive décrue de l’utilisation des réseaux soci­aux sur les très jeunes. Les affaires de har­cèle­ment ont été suiv­ies par les par­ents qui ont sans doute (un peu) plus sur­veil­lé l’utilisation des réseaux soci­aux par leurs chers petits. Une rel­a­tive pro­gres­sion de What­sApp peut s’expliquer par une moin­dre sur­veil­lance parentale sur ce réseau qu’ils utilisent eux-mêmes alors que Tik­Tok demeure ter­ra incog­ni­ta pour de nom­breux adultes. Mais l’histoire n’est pas finie ni celle des réseaux sociaux…