Accueil | Actualités | Médias | Le Spiil critique l’efficacité et la finalité des aides à la presse
Pub­lié le 7 juillet 2016 | Éti­quettes :

Le Spiil critique l’efficacité et la finalité des aides à la presse

Dans une série d'infographies détaillées, le Spiil (Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne) a, pour la deuxième année consécutive, agrégé les aides à la presse 2015 pour les analyser.

Et autant dire que celles-ci sont pleines d'enseignement. Pour le syndicat, l'action de l'État apparaît comme « quasi-exclusivement défensive ». En effet, 94 % des aides distribuées sont réservées à la presse papier, pourtant en décroissance, et 99 % à des titres IPG (information politique et générale). Ainsi, seul 1 % des aides sont allouées à « l'innovation » et au renouvellement numérique.

Alors que, d'après les chiffres communiqués par le Spiil, 49 % des lectures se font en numérique, le papier règne sans partage sur le monde des subventions. Pour le syndicat, il s'agit d'une stratégie contre-productive, les éditeurs n'étant « pas encouragés à faire les bons choix » en terme de support.

Concernant les aides indirectes (contribution de La Poste, aide au transport postal, annonces judiciaires et légales, exonération de cotisation foncière des entreprises...), qui représentent à elles-seules 1,3 milliard d'euros, elles restent, elles aussi, majoritairement réservées au papier, à hauteur de 54 %. Si l'ouverture de la TVA à 2,1 % aux médias en ligne a été saluée par le Spiil, ce dernier note que « les annonces judiciaires et légales (193 millions €) forment une aide d'État déguisée réservée à certains titres ».

En 2015, 126 millions d'euros d'aides directes ont été versées à la presse française. Cela représente 19 % du chiffre d'affaires du secteur, et même 22,5 % pour la presse IPG. De quoi émettre des doutes quant à l'efficacité et à la finalité de ces aides, plutôt destinées à sauver les meubles et à servir de moyen de pression qu'à réellement faire avancer le secteur.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux