Accueil | Actualités | Médias | La presse en ligne et spécialisée inquiète de la réforme fiscale
Pub­lié le 21 juillet 2013 | Éti­quettes : ,

La presse en ligne et spécialisée inquiète de la réforme fiscale

Les syndicats de la presse en ligne et spécialisée ont vivement réagi à la réforme des aides publiques à la presse menée par le gouvernement.

Le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil) a dénoncé « le maintien de la discrimination fiscale (TVA) pénalisant la presse en ligne » ainsi que « le ciblage du Fonds stratégique pour le développement de la presse (FSDP) au seul bénéfice de la presse d'information politique et générale (IPG) ».

« Plus largement, le Spiil regrette une politique publique de soutien à la presse demeurant concentrée sur le maintien de l'activité existante plutôt que sur la préparation de l'avenir », a déploré le syndicat.

De son côté, la Fédération nationale de la presse d’information spécialisée (FNPS) a appelé « à une initiative rapide pour appliquer » le taux de TVA super-réduit « à la presse numérique », rappelant l’ « urgence d'une telle mesure ». Concernant le Fonds stratégique pour le développement de la presse (FSDP), la FNPS a dénoncé un système « pénalisant gravement les possibilités de modernisation des éditeurs non ciblés ».

Crédit photo : EricP via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This