Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le site de Carla Bruni a coûté 410 000 euros à l’État

25 juillet 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le site de Carla Bruni a coûté 410 000 euros à l’État

Le site de Carla Bruni a coûté 410 000 euros à l’État

410 000 euros : voilà ce qu’a coûté le site web de la fondation de Carla Bruni pour les années 2011–2012. C’est ce que révèle en creux le dernier rapport de la Cour des comptes qui prend acte des économies réalisées par l’Élysée s’agissant de ses dépenses internet.

Du 1er jan­vi­er au 15 mai, l’Élysée a dépen­sé 373 809 euros pour sa cel­lule Inter­net, somme ramenée à 180 000 euros durant les six pre­miers mois de prési­dence Hol­lande. « Il n’y a plus de site inter­net spé­ci­fique dédié à la con­jointe du prési­dent, financé par le bud­get de la prési­dence (pour un coût de 0,33 mil­lion d’euros en 2011 et de 0,08 mil­lion d’euros en 2012) : il existe aujourd’hui une rubrique au nom de la com­pagne du Prési­dent sur le site de la prési­dence », peut-on lire dans ce rap­port.

Le site politique.net a ain­si pu cal­culer que le site de l’ex pre­mière dame, mis en ligne en 2009 et tou­jours disponible (www.carlabrunisarkozy.org), a été pris en charge par l’État pour la somme incroy­able de 410 000 euros…

Le hack­er Olivi­er Lau­rel­li, alias Blue­touff, co-fon­da­teur du site Reflets.info, n’en revient pas. Il a a analysé dans le détail le site de Car­la Bruni pour Rue89 et estime que « le con­tribuable s’est fait escro­quer ». Selon lui, les « ingré­di­ents pour en arriv­er là sont : des prestataires mul­ti­ples, une ges­tion de pro­jet qui respire l’incompétence, des choix tech­niques dou­teux (…), une folie des grandeurs et un doigt ten­du bien haut au con­tribuable » !

Crédit pho­to : cap­ture d’écran site www.carlabrunisarkozy.org

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision