Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le site de Carla Bruni a coûté 410 000 euros à l’État

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

25 juillet 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le site de Carla Bruni a coûté 410 000 euros à l’État

Le site de Carla Bruni a coûté 410 000 euros à l’État

Temps de lecture : 2 minutes

410 000 euros : voilà ce qu’a coûté le site web de la fondation de Carla Bruni pour les années 2011–2012. C’est ce que révèle en creux le dernier rapport de la Cour des comptes qui prend acte des économies réalisées par l’Élysée s’agissant de ses dépenses internet.

Du 1er jan­vi­er au 15 mai, l’Élysée a dépen­sé 373 809 euros pour sa cel­lule Inter­net, somme ramenée à 180 000 euros durant les six pre­miers mois de prési­dence Hol­lande. « Il n’y a plus de site inter­net spé­ci­fique dédié à la con­jointe du prési­dent, financé par le bud­get de la prési­dence (pour un coût de 0,33 mil­lion d’euros en 2011 et de 0,08 mil­lion d’euros en 2012) : il existe aujourd’hui une rubrique au nom de la com­pagne du Prési­dent sur le site de la prési­dence », peut-on lire dans ce rapport.

Le site politique.net a ain­si pu cal­culer que le site de l’ex pre­mière dame, mis en ligne en 2009 et tou­jours disponible (www.carlabrunisarkozy.org), a été pris en charge par l’État pour la somme incroy­able de 410 000 euros…

Le hack­er Olivi­er Lau­rel­li, alias Blue­touff, co-fon­da­teur du site Reflets.info, n’en revient pas. Il a a analysé dans le détail le site de Car­la Bruni pour Rue89 et estime que « le con­tribuable s’est fait escro­quer ». Selon lui, les « ingré­di­ents pour en arriv­er là sont : des prestataires mul­ti­ples, une ges­tion de pro­jet qui respire l’incompétence, des choix tech­niques dou­teux (…), une folie des grandeurs et un doigt ten­du bien haut au con­tribuable » !

Crédit pho­to : cap­ture d’écran site www.carlabrunisarkozy.org