Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le site de Carla Bruni a coûté 410 000 euros à l’État

25 juillet 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le site de Carla Bruni a coûté 410 000 euros à l’État

Le site de Carla Bruni a coûté 410 000 euros à l’État

410 000 euros : voilà ce qu’a coûté le site web de la fondation de Carla Bruni pour les années 2011–2012. C’est ce que révèle en creux le dernier rapport de la Cour des comptes qui prend acte des économies réalisées par l’Élysée s’agissant de ses dépenses internet.

Du 1er jan­vi­er au 15 mai, l’Élysée a dépen­sé 373 809 euros pour sa cel­lule Inter­net, somme ramenée à 180 000 euros durant les six pre­miers mois de prési­dence Hol­lande. « Il n’y a plus de site inter­net spé­ci­fique dédié à la con­jointe du prési­dent, financé par le bud­get de la prési­dence (pour un coût de 0,33 mil­lion d’euros en 2011 et de 0,08 mil­lion d’euros en 2012) : il existe aujourd’hui une rubrique au nom de la com­pagne du Prési­dent sur le site de la prési­dence », peut-on lire dans ce rap­port.

Le site politique.net a ain­si pu cal­culer que le site de l’ex pre­mière dame, mis en ligne en 2009 et tou­jours disponible (www.carlabrunisarkozy.org), a été pris en charge par l’État pour la somme incroy­able de 410 000 euros…

Le hack­er Olivi­er Lau­rel­li, alias Blue­touff, co-fon­da­teur du site Reflets.info, n’en revient pas. Il a a analysé dans le détail le site de Car­la Bruni pour Rue89 et estime que « le con­tribuable s’est fait escro­quer ». Selon lui, les « ingré­di­ents pour en arriv­er là sont : des prestataires mul­ti­ples, une ges­tion de pro­jet qui respire l’incompétence, des choix tech­niques dou­teux (…), une folie des grandeurs et un doigt ten­du bien haut au con­tribuable » !

Crédit pho­to : cap­ture d’écran site www.carlabrunisarkozy.org

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.