Accueil | Actualités | Médias | Le Point entre roman photo et publireportage
Pub­lié le 26 novembre 2012 | Éti­quettes : ,

Le Point entre roman photo et publireportage

Après avoir fait parler avec sa « Une » sur « l’islam sans gêne », Le Point, à en juger par son édition du 22 novembre, semble hésiter entre roman photo et publireportage.

Le Point entre roman photo et publireportageEn cause, un article de trois pages, signé Marie-Sophie Lohner, intitulé « M. le Président fait ses courses ». D’abord, qu’on se rassure, le Président de la République et Madame résident toujours dans le Quinzième, où ils font toujours leurs courses « en toute simplicité ». Et de nous présenter leurs petites habitudes, leur boucher, leur fleuriste et leur resto, « La Cantine », où « le 8 mai, ils sont venus déjeuner en toute discrétion » et « ont choisi le menu à 19,50 euros ». La fleuriste ravie nous assure que « Madame adore les bouquets champêtres. Elle aime les composer elle-même. Elle a beaucoup de goût ». En échange d’un publireportage gratuit, c’est bien le moins que la fleuriste pouvait dire… Et attention, ils bossent, avec ça ! C’est le patron du supermarché qui nous l’assure : ils prennent beaucoup de plats préparés, comme des gens qui rentrent tard et ont peu de temps pour cuisiner... Mais ce tableau de la vie quotidienne ne serait pas complet sans les nombreuses photos qui apportent la preuve de la simplicité du président – pardon, de Monsieur Hollande, car c’est comme ça qu’il préfère se faire appeler dans le quartier. S’il fallait n’en retenir qu’une : le couple passant devant Rapid’Market, des sacs de course à la main. Où quand les journalistes se transforment en communicants...

Photo en Une : photomontage de la photo officielle du Chef de l’État circulant depuis plusieurs mois sur les réseaux sociaux.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This