Accueil | Actualités | Médias | Le Point attaqué par SOS Racisme
Pub­lié le 10 décembre 2013 | Éti­quettes :

Le Point attaqué par SOS Racisme

Même les médias les plus modérés et les plus institutionnalisés ne sont pas à l'abri des foudres des pointilleux censeurs de SOS Racisme. Pour avoir, en 2012, publié un article sur l’« intrigante réussite des Chinois de France », l’hebdomadaire Le Point est en effet aujourd’hui attaqué par SOS Racisme pour diffamation raciale.

L’article en cause, publié en août 2012, dépeignait le parcours typique de l'immigrant chinois, de la clandestinité à la réussite. Un encadré énumérait « les 5 commandements de l'entrepreneur chinois », parmi lesquels « Tu ne paieras pas d'impôts », ou encore « Tu ne rémunéreras pas tes employés car ce sont des membres de ta famille ».

La présidente de SOS Racisme, Cindy Léoni, s’est dite « terriblement heurtée » et « choquée » par ces propos. L’association a donc attaqué le magazine vendredi dernier devant le tribunal correctionnel de Paris. Devant celui-ci, Mme Léoni a remplacé le mot « chinois » par « juif » ou « arabe ». « A ce moment-là, le poids de l'histoire et des batailles que nous menons prend tout son sens », en a-t-elle conclu.

Franz-Olivier Giesbert, connu pour son humour potache, avait à l’époque regretté « que cette histoire ait été prise au premier degré, alors que c'était de l'humour, une forme d'humour qui n'est pas passée ». Le procureur Aurore Chauvelot a quant à elle estimé que si certains propos ne sont pas diffamatoires, l'encadré se livre au contraire à une « généralisation outrancière ».

Selon l’avocat du Point, l'article 32 de la loi du 29 juillet 1881 sur la diffamation « n'est pas l'arbitre du bon ou du mauvais goût ». Il réfute toute « généralisation hâtive sur tous les Chinois » et estime que l’article, qui « cristallise de manière caricaturale et peut-être maladroite le parcours d'immigrants chinois », évoque uniquement ceux qui viennent de Wenzhou. Le délibéré sera rendu le 24 janvier 2014.

Crédit photo : joebenjamin via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux