Accueil | Actualités | Médias | Le Monde retire en catastrophe un entretien avec Fleur Pellerin
Pub­lié le 2 décembre 2015 | Éti­quettes : ,

Le Monde retire en catastrophe un entretien avec Fleur Pellerin

Mardi 1er décembre, un entretien avec la ministre de la Culture était publié sur le site du Monde.

Dans celui-ci (consultable ici), Fleur Pellerin revenait sur ses erreurs de communication et évoquait également son avenir en cas de remaniement du gouvernement. La parole était relâchée, décomplexée, peut-être un peu trop ?

En guise de titre, le quotidien avait repris cette citation : « Christiane (Taubira) cite Edouard Glissant ou René Char. Ma force à moi, c'est que je connais bien l'administration. Je sais gagner mes arbitrages. » Problème, la ministre s'est aussitôt défendu sur Twitter d'avoir prononcé cette phrase.

Publié à 11 heures, l'article a été retiré une heure plus tard, visiblement en catastrophe. « Un entretien avec la ministre de la culture Fleur Pellerin a été publié par erreur, mardi 1er décembre, sur Le Monde.fr. Il a été retiré. Nous présentons des excuses à nos lecteurs », pouvait-on lire en lieu et place de celui-ci.

À l'AFP, le directeur du Monde, Jérôme Fenoglio, a confirmé avoir retiré ce papier et a assuré que tout cela allait être « vérifié ». « L'un des journalistes a été rencontrer Fleur Pellerin mardi 24 novembre, dans ses bureaux, mais pas dans l'idée d'un question/réponse. C'était un portrait, qui devait être publié dans Le Monde daté du 3 décembre. La version publiée ce matin n'était donc pas un produit fini, voilà pourquoi on l'a supprimée aussitôt, ce qui n'est pas dans nos habitudes », a-t-il ajouté sur Arrêt sur images.

L'article publié aurait en fait été un brouillon destiné à servir de matière à un futur portrait. C'est en tout cas la version fournie par la direction, même si celle-ci paraît peu probable. Difficile en effet d'imaginer qu'un brouillon puisse être publiable en l'état, sans aucun travail de mise en forme et de rédaction. Et donc sans un minimum de volonté de publier.

De plus, un titre plutôt offensif et polémique avait même été choisi pour l'occasion, et il s'avère justement que c'est ce titre qui a posé problème à la ministre. À partir de là, il est difficile d'imaginer que le retrait de cet entretien n'est du qu'à une simple erreur de routine. Une chose est sûre : l'effet Streisand est toujours aussi efficace…

Crédit photo : adders via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux